Lorsqu’on pose les bonnes questions, on obtient forcément les bonnes réponses. Ainsi les grands changements de notre monde sont souvent portés par de grandes questions…comme à la base, il est dit que la philosophie commence par l’étonnement.

À la genèse de la première communauté chrétienne il y a eu cette question de Saul : « Frères, que devons-nous faire ? » demanda la multitude accourue à l’écho de l’événement de la Pentecôte et qui a été vivement touchée par le discours de Pierre. Ce qui suit en guise de réponse, c’est la Volonté de Dieu qui se traduit ainsi : conversion de cœur, baptême pour le pardon des péchés, et don du Saint-Esprit ! Ce cheminement bien suivi a fait de Saul devenu Paul l’apôtre des Nations. Pour Paul, tout ceci a été rendu possible grâce à un seul nom : Damas ! Le chemin de Damas…la rencontre du chemin de Damas. Une rencontre personnelle nécessaire avec le Ressuscité qui vous transfigure et qui fait tomber de vos yeux, les peurs, les doutes, les aveuglements du péché, comme des écailles. Il n’y a pas de véritable conversion sans une rencontre personnelle avec le Ressuscité. Et puisque la conversion peut être un acte quotidien, elle appelle constamment cette question : Que dois-je faire? Que dois-je faire pour être davantage proche du Seigneur ? Que dois-je faire pour me départir de mes penchants mauvais? Que dois-je faire pour devenir meilleur ? Le chemin de la vraie conversion peut s’avérer long.

Chaque jour, la conversion est un nouveau commencement, une nouvelle naissance, une nouvelle marche ! Chaque matin, à la faveur du silence de l’aurore, osons demander : que dois-je faire, Seigneur ?

Père Christian Dzifa Azan

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici