Le semeur c’est le Christ ; la semence c’est la Parole de Dieu et la terre ensemencée c’est chacun de nous les hommes en marche sur cette terre. Le semeur est encore la semence. Le semeur se sème donc en nous au quotidien et il attend que nous soyons accueillants pour porter des fruits durables. Mais la terre ensemencée que nous sommes tournent sans cesse sous l’influence :

  1. des personnes humaines et spirituelles qui marchent sur nous au bord du chemin,
  2. de la superficialité de nos relations avec l’Absolu
  3. des ronces des soucis, des séductions et convoitises qui nous envahissent.
    Ceci étant, le Semeur, consciencieux, est en quête de la « bonne terre » ; c’est pourquoi il nous interpelle. En effet, celui qui accepte le Christ, Parole vivante semée dans son cœur, et s’engage personnellement avec le Christ, se transforme intérieurement et commence à produire des fruits de paix, de justice et d’amour en abondance. Pour être « une bonne terre », il faut vouloir l’être et se laisser façonner par le Semeur. « Moi, je serai pour lui un père ; et lui sera pour moi un fils, dit le Seigneur. S’il fait le mal, je le corrigerai avec le bâton, à la manière humaine, je le frapperai comme font les hommes. Mais ma fidélité ne lui sera pas retirée » (2 Sam 7, 4-17).

Fais, Seigneur, que nous recevions ton message au plus profond de nous-mêmes, avec foi et ouverture.

Père Paul Amaglo

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici