Dans notre quotidien, quelle lampe utilisons-nous et quelle mesure employons-nous ? La lampe est-elle mise sous le lit ou sur le lampadaire pour éclairer tout le monde ? La mesure que j’emploie pour les autres est-elle à la dimension que je souhaite qu’on emploie pour moi ? « Est-ce que la lampe est apportée pour être mise … sous le lit ? N’est-ce pas pour être mise sur le lampadaire ?… La mesure que vous utilisez sera utilisée aussi pour vous et il vous sera donné encore plus » (Mc 4, 21-25).


Chaque jour, Dieu se fait notre lumière et il nous éclaire de toutes les manières. Il ne se cache pas sous le lit. Au contraire, il se manifeste aux yeux de tous en s’étendant sur la Croix dressée sur le monde afin de vaincre les ténèbres dans nos cœurs. Il nous veut disciples de lumière ; il veut qu’à notre tour nous soyons « une lampe mise sur le lampadaire » pour éclairer les autres dans notre environnement immédiat au moins. Les deux questions interpellatrices pour chacun seront donc : Qui suis-je et où suis-je aujourd’hui ? suis-je une lampe et suis-je sur le lampadaire ou sous le lit ?
De plus, chaque jour, dans nos rapports interindividuels, nous approchons toujours les autres avec une certaine mesure ; mesure du regard, mesure du cœur, mesure du don et mesure du don de soi. Notre manière ou mesure de donner et de nous donner est révélatrice de ce que nous avons en nous : « celui qui a, on lui donnera ; celui qui n’a pas, on lui enlèvera même ce qu’il a. » Ainsi, en réalité, la mesure de l’amour est de donner sans mesure. Il en ressort que : « A celui qui cache le talent que Dieu lui a donné et ne s’en sert pas, il sera enlevé même ce qui lui en reste ».


Seigneur, tiens ma lampe allumée afin que je puisse, aujourd’hui encore, me donner à mes frères et sœurs sans mesure ou selon ta mesure à toi.

Père Paul Amaglo

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici