Seigneur, donne-moi la sagesse assise auprès de toi !

0
374

Nous pouvons résumer la prière de demande de Salomon dans la première lecture de ce jour par cette parole du livre de la Sagesse : « Seigneur, donne-moi la sagesse assise auprès de toi » (Sg 9, 4). Après la mort de David, c’est son fils Salomon qui le remplaça ; son règne a duré environ 40 ans et il est le fondateur de la lignée de roi de Juda.

Dans la première lecture de ce jour, Salomon a su demander à Dieu ce qu’il faut d’essentiel à tout homme sur cette terre pour savoir se conduire et marcher sur le chemin de la vie : le discernement. Le discernement est d’ordre moral et est exercé face à une situation pertinente où le sujet n’a pas les repères normatifs nécessaires ou clairs pour percevoir clairement le choix à opérer. En vérité, Dieu a accordé cet esprit de discernement à Salomon et cela s’est révélé lors d’un jugement assez remarquable. Le roi Salomon était appelé à statuer d’une manière déroutante sur le litige de deux femmes prostituées revendiquant chacune la maternité d’un enfant. Ce jugement peut signifier soit que, face à l’impossibilité d’établir la vérité dans un litige, on partage les torts entre deux parties, soit que l’on met ces mêmes parties dans une situation qui oblige l’une d’elles au moins à changer sa stratégie. Le Premier Livre des Rois (3, 16-28) dit que le différend oppose deux femmes ayant chacune mis au monde un enfant, mais l’un était mort étouffé. Elles se disputèrent alors l’enfant survivant. Pour régler ce désaccord, Salomon réclama une épée et ordonna : « Partagez l’enfant vivant en deux et donnez une moitié à la première et l’autre moitié à la seconde ». L’une des femmes déclara qu’elle préférait renoncer à l’enfant plutôt que de le voir mourir tandis que l’autre protestait : « Il ne sera ni à toi ni à moi : coupez-le ! » De ce fait, Salomon reconnut la véritable mère de l’enfant. Il lui donna le nourrisson et sauva ainsi la vie de l’enfant. La sagesse de Salomon est allée au-delà de son royaume si bien que la reine de Saba est venue boire à la source de cette sagesse (cf. 1R 10, 2).

L’esprit de sagesse et de discernement n’est plus donné seulement à certaines personnes qui les demandent mais à tout chrétien grâce à Jésus-Christ qui a envoyé l’Esprit Saint venu d’auprès du Père avec ses sept dons ; en tête l’esprit de sagesse et de discernement. Aucun chrétien n’est privé du discernement et de la sagesse. Dieu nous les donne au baptême et à la conformation comme une lumière pour accomplir notre vocation chrétienne sur cette terre : « Vous êtes la lumière du monde, vous êtes le sel de la terre. » Le chrétien dans ce monde est appelé à être défenseur des pauvres, à lutter contre toute forme d’injustice, de mensonge, à incarner la lumière de la vérité, à repousser l’obscurité et les ténèbres de la violence. A voir l’évolution de notre monde actuel et les réalités des relations humaines, beaucoup de défis sont à relever par les chrétiens aujourd’hui. Plus le nombre de chrétiens augmente dans le monde, plus on note la recrudescence de certains fléaux : guerres, famines, injustices, des erreurs judiciaires qui condamnent l’innocent qui se retrouve en prison , des meurtres provoqués par la jalousie, l’envie, la haine ; toutes ces situations montrent à quel point beaucoup d’hommes et de femmes, y compris les chrétiens n’utilisent pas la sagesse et le discernement que Dieu nous a donnés pour savoir se conduire et conduire notre monde non pas vers le chaos mais vers la joie et la lumière de la vie éternelle.

Que sainte Joséphine Bakhita dont nous célébrons sa mémoire en ce jour obtienne à tous les chrétiens dans le monde entier la lumière de la sagesse et du discernement afin que nous puissions relever ces défis. Amen !

Père Thierry Guefli

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici