TU M’APPELLES, SEIGNEUR

Il est là, une fois encore, le Temps du Grand Exil
Où, au désert de mon cœur, je peux trouver asile
Tu m’appelles, Seigneur
Tu m’appelles à divorcer du monde et ses attraits
De mes penchants mauvais pour éviter d’être distrait
Jésus, je veux te suivre en prenant ma croix
T’imitant en tout, Toi mon seul Roi

« Oui je me lèverai, et j’irai vers mon Père »
Car je suis fatigué de continuer à vivre sans repère
Tu m’appelles, Seigneur
Tu m’appelles à abandonner la garde des porcs
A m’éveiller au soin à apporter à mon esprit et à mon corps
Sur le même sentier je ferai un détour
Je reviendrai vers Toi, mon seul Secours

« Pitié pour moi, mon Dieu, dans ton Amour »
A cette humble prière ne sois pas sourd
Tu m’appelles, Seigneur
Tu m’appelles, dans la prière, à m’investir
A faire pénitence sincère pour mon repentir
Ne me jette donc pas loin de ta face
Puisque je crie vers Toi, fais-moi grâce

A l’heure des incertitudes et du désespoir
Quand arrive de mes va-et-vient mélancoliques le soir
Tu m’appelles, Seigneur
Tu m’appelles à la retraite au Thabor
Il en va de mon assurance face à mes remords
Je gravirai le Mont-Du-Doux-Visage
Je me délecterai de la gratuité de ton Breuvage

Voici des lustres qu’il fait chaud ici et ailleurs
Ils abondent les moqueurs, les pilleurs, les fossoyeurs
Tu m’appelles, Seigneur
Tu m’appelles à quitter ce monde dévoyé
Où bien des gens n’ont pas fini de se fourvoyer
Pour éviter à mon âme de vains dommages
J’irai quêter Paix et Sécurité à ton Ombrage

« Il est grand le Mystère de la Foi »
En attendant d’être fixé avec Toi sur le Bois
Tu m’appelles, Seigneur
Tu m’appelles à descendre dans le Jardin
J’y laisserai tout ce que j’ai de mondain
Au matin de Pâques près de Toi je me réveillerai
De ta Lumière salvatrice je brillerai

Père Christian Dzifa Azan

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici