MÉDITATION SUR CORONAVIRUS

0
581

« Celui qui vit et croit en moi ne mourra jamais »

Cette parole de Jésus rejoint chacun de nous en ces temps de pandémie où notre foi est sollicitée comme elle ne l’a presque jamais été. Dans ces quelques lignes inspirées de l’Evangile de ce jour, je vous invite à méditer sur l’attitude de Jésus, l’invitation qu’il nous adresse et la réponse qui doit être la nôtre.

« Celui que tu aimes est malade »
Marthe et Marie envoient une délégation auprès de Jésus pour l’informer de la maladie de Lazare et l’inviter à venir le guérir. Disons, nous aussi, à notre Père Céleste « ce monde que tu aime est malade, ce monde que tu as tellement aimé que tu lui as donné ton Fils unique (Jn 3, 16) est malade. Curieusement et mystérieusement, Jésus ne vient pas au chevet de Lazare. Il n’opère pas non plus la guérison de Lazare à distance comme il le fit pour le serviteur du centurion (Mt 8, 13) ou pour la fille de la cananéenne. Jésus arrive à Béthanie quand Lazare est dans tombeau depuis quatre jours déjà. Dans les propos de Marthe qui l’accueille nous percevons à la fois des paroles de confiance et de reproches : « Seigneur, si vous aviez été ici, mon frère ne serait pas mort. Mais maintenant encore, je sais que tout ce que vous demanderez à Dieu, Dieu vous l’accordera. »

Dans le contexte de grave crise sanitaire qui est la nôtre, nous sommes tentés de nous demander « existe-t-il un Dieu pour empêcher cela ? Pourquoi permet-il cela ? Pourquoi laisse-t-Il cette maladie continuer ses ravages alors qu’il est Tout-Puissant, Amour et Lumière ?
Dans l’Evangile de ce jour, Jésus donne les trois raisons qui font qu’il n’a pas agi tout de suite pour répondre à la demande des sœurs de Lazare pour écarter la maladie de leur frère :
• Elle est pour la gloire
• Par elle le Fils de Dieu sera glorifiée
• Pour que vous croyiez

Chers frères et sœur notre Dieu nous aime profondément, il nous rejoint dans notre épreuve et pleure avec nous nos malades et nos morts comme il le fit pour Marthe et Marie. Mais l’amour est patient (1Co 13, 4). Le Seigneur ne tarde pas dans l’accomplissement de sa promesse, comme quelques-uns le croient ; mais il use de patience envers vous, […] voulant que tous arrivent à la repentance » (2 Pierre 3. 9). Winston Churchill disait dans le même sens : construire peut être le fruit d’un travail long et acharné. Détruire peut être l’œuvre d’une seule journée . Patiemment Jésus construit et reconstruit notre bonheur, notre vie et notre Salut.


Pour que vous croyiez

L’invitation à raviver la flamme de notre foi est au cœur de l’évangile de ce jour et elle est actuelle : « Je suis la résurrection et la vie ; celui qui croit en moi, même s’il meurt, vivra et quiconque vit et croit en moi, ne mourra jamais. Le crois-tu ? « Ne t’ai-je pas dit que si tu crois, tu verra la gloire de Dieu? »
Il est légitime que des personnes soient dans la peur ou deviennent tristes à cause des graves difficultés actuelles, cependant peu à peu, il faut permettre à notre foi de commencer à s’éveiller, comme une confiance secrète mais ferme en la présence à notre côté de Notre Seigneur. Croyons que l’Esprit Saint est à l’œuvre au milieu de nous. Il est Amour et Victoire contre le mal. La foi signifie croire aujourd’hui en la puissance agissante et triomphante du Sainte Esprit. Croire que Dieu nous aime vraiment, qu’il est vivant, qu’il est capable d’intervenir mystérieusement, qu’il ne nous abandonne pas, qu’il tire le bien du mal par La puissance de l’Esprit Saint. Jésus marche victorieux dans l’histoire avec les siens.

Oui nous croyons

Nous croyons en l’Évangile qui dit que le Règne de Dieu est déjà présent dans le monde, que quiconque croit verra la gloire de Dieu, que sa Victoire s’accomplit. Cette victoire de notre Seigneur se développe çà et là, de diverses manières comme une petite semence qui grandit jusqu’à devenir un grand arbre (Mt 13, 31-32), comme une poignée de levain, qui fait fermenter une grande quantité de farine ( Mt 13, 33), et comme le bon grain qui grandit au milieu de l’ivraie ( Mt 13, 24-30).

La résurrection du Christ a marqué victorieusement d’une manière indélébile notre histoire, car Jésus n’est pas ressuscité pour rien. Celui qui crois en lui ne mourra jamais. Ne restons pas en marge de ce chemin de la foi et de la victoire. N’ayons plus peur parce que nous sommes victorieux de cette pandémie en Espérance dans l’autorité du Nom de Jésus à qui soient la Gloire, la Majesté, la Puissance et la victoire, avec le Père et l’Esprit Saint pour les siècles et des siècles !

Amen

Père Jean Philippe DIOUF, Communauté Saint Jean

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici