Dieu nous conduit de sa main paternelle (Ps, 23).

0
366

Chers amis, femmes et hommes apôtres du Bien, loué soit Jésus Christ.

« Je sais que je vais mourir sans avoir rien fait de tout cela » (Dn. 13, 43). C’est avec ce cri de détresse de Suzanne vers son Pasteur bon que j’introduis ma méditation de ce lundi, de la cinquième semaine de carême 2020.

Plus qu’une désolation, la voix de Suzanne, amie de la vérité et victime de l’injustice humano-criminelle dans la première lecture, continue de résonner dans les oreilles de tous ses agents de santé, infirmiers, médecins, garde-malades, confrères de cellule bref ceux qui assistent nos sœurs et frères qui croupissent sous le poids d’une maladie mortelle, méchanceté accrue, mort certaine…La voix infidèle de la femme adultère de l’évangile aussi crie « pardon » dans le cœur à cœur avec Jésus.

Chers amis, voilà deux situations de deux femmes dont le chef d’accusation est l’infidélité et la peine encourue selon la justice humaine est la mort. Aujourd’hui, plus que jamais, cette justice humaine qui ne se fonde par sur Dieu est appelée à l’inexistence. Aussi la loi humaine qui s’oppose à la loi divine est à éradiquer. Car devant nos ennemis, Dieu nous conduit de sa main paternelle et tutélaire vers les eaux tranquilles (Cf. Ps, 23). L’intelligence des écritures, confirment d’une part, la mission du petit Daniel poussé part l’Esprit Saint (Dn.13,46) qui sauve Suzanne et d’autre part, Jésus lui-même qui offre le pardon, gage d’une nouvelle vie à l’adultère. Dieu sait ceux dont tu as besoin et ce qu’il te faut. Les deux femmes sauvées in extremis font l’expérience de Dieu, don et pardon.

Aujourd’hui plus que jamais, nous devons croire à la Miséricorde divine qui précède nos repentirs. Convaincu que le péché ne nous est vraiment révélé que dans son pardon, tous, petits et grands, noirs et blancs, riches et pauvres, nous sommes invités à devenir des instruments de vérité et de Pardon. Un cœur sans pardon est une citerne de péchés, qui entretien la rancune, détruit et annule tout effort vers le bien. Ce cœur attire les malheurs apparents sur soi et crée aveuglement notre propre tombe. Seuls, l’humilité, l’esprit de sacrifice couplé d’abandon intrépide à Dieu sont les remèdes d’un pardon surtout vrai et sincère. Toutes fois, il est à noter que le chemin du pardon est difficile mais pas impossible. « N’aie pas peur laisse-toi regarder par Christ, laisse-toi regarder car il t’aime ».

PRIONS

Éternel créateur des Ceux et des Hommes, penche-toi sur l’Humanité toute entière et panse nos blessures profondes et puantes de non-pardon. Amen.

Abbé Elpidio Daniel EKUE, Vicaire à la Cathédrale Sacré-Cœur de Jésus de Lomé

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici