Célébration de la semaine sainte à Pâques; les mesures prises dans l’archidiocèse de Lomé

0
625

Mesures prises dans l’Archidiocèse de Lomé pour lutter
contre la propagation du Covid-19

Faisant suite aux divers communiqués du Gouvernement togolais ainsi qu’aux directives données par l’Église Universelle et la Conférence des Évêques du Togo pour endiguer la propagation du Covid-19, après avoir entendu le Collège des Consulteurs, je viens vous faire part des mesures suivantes :

Prenons au sérieux cette pandémie : la situation est grave, même si les apparences ici chez nous au Togo semblent dire le contraire. Notre vie ainsi que celle de nos frères et sœurs dépendent des gestes de prévention que nous poserons. Sans tomber dans la panique, soumettons-nous aux normes de prévention communiquées par le Gouvernement et par l’Église : se laver les mains au savon, porter le masque de protection, éviter les contacts physiques, rester autant que possible chez soi…

La chaine de prière : pour le moment, il ne nous est plus possible de nous rassembler pour la messe mais notre prière doit rester encore vivante et pleine d’espérance. Trouvons donc d’autres manières de nourrir et d’exprimer notre foi, notamment en famille.

Les célébrations dominicales et en semaine : pour éviter les risques de propagation du virus, les prêtres célébreront l’Eucharistie sans la participation du peuple mais en permettant à travers la radio que les fidèles s’unissent à la célébration. Ils feront sonner les cloches pour indiquer les heures de messe et inviteront ainsi les fidèles à rester en communion avec eux. Puisque ceux-ci ne pourront plus recevoir le Corps du Christ comme d’habitude, ils les aideront à redécouvrir la valeur de la communion spirituelle.

La messe chrismale : conformément au Décret de la Congrégation pour le Culte Divin, elle est reportée à une date ultérieure.

Le jeudi saint : les prêtres d’une même paroisse pourront concélébrer, sans fidèles, la messe de la Cène où le lavement des pieds sera omis, de même que la procession finale du Saint-Sacrement. Les prêtres confinés pourront aussi célébrer seuls ou, s’ils n’en ont pas la possibilité, prier à la place l’office des vêpres.

Le vendredi saint : Évêques et prêtres célébreront seuls l’office de la Passion. « L’évêque aura soin d’établir une intention spéciale pour les malades, les morts et ceux qui se trouvent en état de détresse. »

Le traditionnel chemin de croix est reporté aux 14 et 15 septembre, fête de la Croix glorieuse et mémoire de Notre-Dame des douleurs.

La Vigile pascale : puisqu’il n’y aura pas d’assemblée, la vigile se fera sans l’allumage et la bénédiction du feu ni la procession. Par contre, la bougie pascale sera allumée et l’annonce de la Pâque (Exsultet) sera suivie de la liturgie de la Parole. « Pour la liturgie baptismale, on renouvellera seulement les promesses baptismales » ; les baptêmes sont donc reportés à une date ultérieure.

Le dimanche de Pâques : la solennité de Pâques ne peut pas être reportée à une date ultérieure mais sera célébrée conformément aux indications données au sujet des messes dominicales.

Les confessions : elles peuvent se faire à certaines conditions précisées par la Pénitencerie apostolique : dans « un lieu aéré en dehors du confessionnal » en adoptant une distance appropriée et en faisant usage de masques de protection.

De même, à cause du risque de contagion qui est considéré par la Pénitencerie comme un état de « grave nécessité », l’Église permet la célébration d’absolutions collectives. Par ailleurs, « lorsque le fidèle se trouve dans la douloureuse impossibilité de recevoir l’absolution sacramentelle », il peut malgré tout obtenir « le pardon des péchés, même mortels » grâce à « la contrition parfaite (…) exprimée par une demande sincère de pardon », selon ce que le pénitent est en mesure d’exprimer, et « la ferme résolution de recourir, dès que possible, à la confession sacramentelle ».

Les baptêmes, premières communions, confirmations et mariages : ces célébrations seront reportées à une date ultérieure.

Les obsèques : les veillées funèbres seront faites dans l’intimité familiale. Les messes d’enterrement seront célébrées avec un maximum de 15 personnes en respectant les recommandations du Gouvernement. Les enterrements se feront dans l’intimité familiale et il n’y aura pas de salutations sur les parvis de l’église ou au cimetière.

Les exercices de piété et autres rassemblements : les chemins de croix se feront en famille dans le respect des recommandations du Gouvernement.

Les campagnes d’évangélisation, les marches pénitentielles, les pèlerinages, les cours de catéchèse, les classes de chant et exercices de piété des divers mouvements sont suspendus jusqu’à la normalisation de la situation.

Les établissements scolaires et universitaires ainsi que les centres de formation : ils sont fermés sur toute l’étendue du territoire à partir de ce vendredi 20 mars à 17 h 30.

Chers frères et sœurs, Le Covid-19 nous met tous à dure épreuve. Observons les mesures qui sont préconisées pour le combattre et évitons de publier de fausses nouvelles à son sujet. Je demande aux prêtres de veiller scrupuleusement à la mise en œuvre de ces dispositions et j’invite la Radio Maria à leur donner un large écho. Enfin, je vous exhorte à rester unis dans la prière en faveur des défunts, des personnes atteintes, du personnel soignant ainsi que de tous ceux qui s’investissent dans la recherche d’un traitement efficace et du vaccin contre ce redoutable virus. Que par l’intercession de Marie, Secours des Chrétiens, le Seigneur tourne vers nous son visage et éloigne de nous ce fléau !

PRIERE
(proposée par le Symposium des Conférences Episcopales d’Afrique et Madagascar-SCEAM)

Père tout-puissant et miséricordieux, qui montres ton amour pour toute la création, nous nous présentons devant toi pour demander une maîtrise rapide du Coronavirus qui ravage actuellement notre monde. Ecoute avec bonté nos prières pour ceux qui sont touchés par le virus dans les différentes parties du monde. Donne la guérison aux malades, la vie éternelle aux morts et la consolation aux familles éprouvées. Nous te demandons qu’un traitement efficace contre cette maladie soit rapidement trouvé. Nous prions pour les gouvernements et pour les autorités sanitaires afin qu’ils prennent des mesures appropriées pour le bien du peuple. Veille sur nous avec sollicitude et pardonne-nous nos manquements. Nous te le demandons par Jésus Christ notre Seigneur. Amen.

Fait à Lomé, le 20 mars 2020

+ Nicodème BARRIGAH-BENISSAN
Archevêque de Lomé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici