le christianisme est une manière de vivre …de toute la vie

0
369

Des gestes qui révèlent et interpellent…

L’évangile du jour fait suite au chapitre 2 de saint Jean dont les deux récits se terminèrent respectivement par cette mention : ‘’ Tel fut le commencement des signes que Jésus accomplit. C’était à Cana de Galilée. Il manifesta sa gloire, et ses disciples crurent en lui’’ (Jn 2,11) et ‘’…beaucoup crurent en son nom, à la vue des signes qu’il accomplissait…’’ (V.23).  La posture de Nicodème, un chef des juifs, docteur en Israël, un enseignant de la Loi (l’Ancien Testament) n’est pas anodine. Il fut témoin dans le Temple de l’agir prophétique de Jésus : Il   vint trouver Jésus pendant ‘’la nuit’’. Il lui dit : « Rabbi, nous le savons, c’est de la part de Dieu que tu es venu comme un maître qui enseigne, car personne ne peut accomplir les signes que toi, tu accomplis, si Dieu n’est pas avec lui. » (Jn 3, 2).

Cette démarche d’un intellectuel de son rang ‘’pendant la nuit’’ est sous-tendue par une soif sincère de comprendre Jésus au-delà des signes. C’est d’ailleurs la perspective ad quem, la finalité de la mission de Jésus ; faire des hommes des enfants de Dieu. Sa démarche symbolique nous interpelle car elle pose, après les évangiles de l’apparition de Jésus, en quoi consiste la vie chrétienne ou la prédication de Jésus.

La question du passage et son contenu

En effet, la teneur et la radicalité de sa prédication révèle que les ‘’temps sontaccomplis’’ c’est-à-dire que l’humanité atteint son âge d’or autrement dit le vrai visage du Dieu tant cherché se révèle à travers la médiation de l’homme Jésus. Cet homme conçu de l’Esprit Saint vient d’en-Haut, toujours inspiré par les Cieux. Ainsi rentrer dans sa perspective suppose faire sa Pâques, faire le passage de l’ancien au nouveau’’ : « Amen, amen, je te le dis : à moins de naître d’en haut, on ne peut voir le royaume de Dieu. » (V. 3).

Cette démarche de Nicodème en tant qu’intellectuel et la réponse de Jésus, nous montre encore clairement en ce jour que le christianisme n’est pas dans l’ordre du sentiment, ni des rêveries spiritualistes mais pose une situation concrète, claire et exigeante : c’est l’entrée dans une manière concrète de vivre, inspirée par la Parole de Dieu toute sa vie historique. Jésus répondit : « Amen, amen, je te le dis : personne, à moins de naître de l’eau et de l’Esprit, ne peut entrer dans le royaume de Dieu. Ce qui est né de la chair est chair ; ce qui est né de l’Esprit est esprit. Ne sois pas étonné si je t’ai dit : il vous faut naître d’en haut. Le vent souffle où il veut : tu entends sa voix, mais tu ne sais ni d’où il vi    ent ni où il va. Il en est ainsi pour qui est né du souffle de l’Esprit. » (Jn VV 5-8).

Au-delà de nos idées sur Jésus-Christ

En d’autres termes, l’entrée dans le christianisme suppose le renoncement à son ‘’moi orgueilleux’’, cheminement qui se précise progressivement à mesure que l’on avance et il devient plus ou moins formulé. Il en ressort qu’il ne s’agit pas du simple baptême, encore moins des enfants mais plutôt d’une prise de conscience, d’un accrochage intérieur impliquant une nécessiteuse décision à rentrer dans la perspective d’une vie sous le regard de Dieu et recevoir au fur et à mesure l’assurance,  de la ‘’vie éternelle’’ qui est d’abord relation intime et d’amour avec Dieu et fait introduire dans le ‘’Zabulon’’ (maison, habitation, demeure) spirituelle de Dieu que l’on appelle ‘’royaume de Dieu’’. Dès lors, la vie renouvelée se découvre toujours en ‘’dilatation ‘’ (le Nephtali), un bel accomplissement inouï et jamais envisage pourrait-on dire.

Entrons dans l’espérance

Alors je prends conscience, je me questionne et je me situe car Jésus dit: «L’œuvre de Dieu, c’est que vous croyiez en celui qu’il a envoyé. » (Jn 6, 29).

Bonne méditation

Abbé Jean Baptiste LABADEH

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici