Détourne-moi de la voie du mensonge, fais-moi la grâce de ta loi. J’ai choisi la voie de la fidélité, je m’ajuste à tes décisions. Ps 118 (119

0
617

C’est avec ces paroles du psalmiste que j’aimerais ouvrir ma méditation des textes liturgiques de ce jour, méditation que j’ai axée sur un vice, un péché, mais érigé aujourd’hui, en qualité ou vertu dans notre monde. Il s’agit du mensonge. Le mensonge c’est l’assertion sciemment contraire à la vérité. Mentir, c’est l’art de dire les fausses affirmations. Détourne-moi de la voie du mensonge, implore le psalmiste. Le mensonge est bien la caractéristique du Malin qui l’utilise comme tactique, comme voie de perdition et de destruction. Et tous ceux et celles qui s’adonnent aux faux témoignages sont encore plongés dans les ténèbres, ils refusent la Lumière, le Christ ressuscité. Jésus lui-même a été accusé injustement. Les détracteurs d’Etienne, dans la première lecture n’ont pas réussi à résister à la sagesse et à l’Esprit qui le faisaient parler, par conséquent, ils soudoyèrent des hommes pour produire de faux témoignages. Des scènes, des complots et manigances similaires se reproduisent chaque jour autour de nous, dans notre société, dans nos services et dans nos relations. Quelques fois nous en sommes malheureusement les acteurs ou facilitateurs. La jalousie et les ambitions démesurées, la perte de la crainte de Dieu, poussent certains à détruire avec leur langue leurs frères et sœurs, leurs amis ou collègues de service. La prière du psalmiste doit nous stimuler à persévérer sur le chemin de la vérité et de la justice et à fuir le mensonge : lorsque des grands accusent ton serviteur, je médite sur tes ordres. Je trouve mon plaisir en tes exigences ce sont elles qui me conseillent. Œuvrer pour que s’établissent partout la justice et la vérité c’est travailler non pas pour la nourriture qui se perd, mais pour la nourriture qui demeure jusque dans la vie éternelle. Les auditeurs de Jésus, touchés au cœur lui demandèrent : que devons-nous faire pour travailler aux œuvres de Dieu ? L’œuvre de Dieu c’est que vous croyiez en celui qu’il a envoyé, et croire, c’est vivre selon l’Esprit du Ressuscité, c’est se convertir, c’est vivre dans la justice, l’équité, l’honnêteté, la transparence totale et la vérité. Les Togolais et les Togolaises peuvent aujourd’hui, 27 avril 2020 se demander : que devons-nous faire pour que le Règne de Dieu s’établisse véritablement sur la Terre de nos Aïeux, qui voit aujourd’hui s’ouvrir sa soixantième année d’indépendance ? Le Règne de Dieu viendra quand chaque citoyen, à son niveau, de par sa fonction, marche suivant la Loi du Seigneur, la volonté du Seigneur en vivant les vertus, et en pratiquant des actes héroïques et sincères d’un patriotisme véritable. Prions aujourd’hui d’une manière particulière pour notre Nation bien-aimée.

Grand Dieu Toi seul nous a exaltés, du Togo pour la prospérité, Togolais viens, bâtissons la cité, afin que le Règne de Dieu s’établisse dans nos cœurs et sur cette terre. Amen.

Frère Édouard-Aimé NOUCHET, Franciscain Formateur Fraternité d’Adidogome.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici