J’ai encore des brebis qui ne sont pas de cet enclos

0
265

« J’ai encore des brebis qui ne sont pas de cet enclos » dit Jésus dans l’Evangile d’aujourd’hui. Cette phrase me permet de faire un lien avec la première lecture. Cette dernière nous rapporte la justification de Pierre pour avoir baptisé des païens. En effet alors que Pierre prêchait dans la maison de Corneille, un centurion romain, l’Esprit Saint « tomba » sur eux. Cette manifestation de l’Esprit incita Pierre à leur donner le baptême. « Qui étais-je, moi, pour faire obstacle à Dieu ? », c’est par cette question qu’il justifie alors sa conduite.

Ce passage des Actes des Apôtres et la lecture de l’Evangile sur le bon pasteur, avec la citation que j’ai prise au début, doit nous permettre de nous interroger sur notre conception de l’Eglise, de la bergerie de Jésus. Combien de fois nous aimons restreindre l’enclos ? le catégoriser ? Nous avons tellement de mal à voir en dehors de certaines frontières ? nous devenons en quelques sortes les propriétaires de la bergerie ? Ces lectures doivent nous aider à comprendre que Jésus n’a pas limite et tel doit être le cœur des pasteurs, mais aussi des fidèles. L’Eglise ne nous appartient pas. Elle ne peut pas s’enfermer dans un entre-soi comme les premiers chrétiens d’origine juive auraient pu le vouloir. Qui suis-je, moi, pour faire obstacle à Dieu ? c’est là question que nous devons nous poser aujourd’hui.

Sommes-nous suffisamment attentifs au souffle de l’Esprit ? a nos frères et sœurs qui ont besoin du bon pasteur. Je vais alors vous laisser avec ces paroles du Saint-Père : « Je préfère une Eglise accidentée, blessée, ensanglantée, à cause d’une sortie dans les rues, plutôt qu’une Eglise malade à cause de la fermeture et la commodité de s’accrocher à ses propres sécurités »

Frère Charles-Emmanuel

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici