Ne pensez pas que je suis venu abolir la Loi ou les Prophètes, mais accomplir

0
211

Quand nous jetons un regard dans l’Ancien Testament, on y trouve une loi à suivre de façon radicale, sous peine de sanctions. Quand nous lisons l’évangile on y trouve un enseignement plein de miséricorde qui fait appel à la vie du cœur avant l’observance légale de la loi. On pourrait croire alors que Jésus nous appelle à vivre seulement de bons sentiments en oubliant la loi des anciens. Ce serait de notre part une grave erreur ! Jésus n’a rien supprimé de la loi ancienne transmise au peuple par l’intermédiaire de Moise et des prophètes, mais il lance un appel à la vivre avec le cœur donc avec une réelle adhésion intérieure et non plus avec un formalisme extérieur. Ecoutons-le nous dire lui-même : « Ne pensez pas que je sois venu abolir la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir ».

 Chers frères et sœur si nous prétendons être en bonne relation avec Dieu en oubliant le pauvre qui frappe à notre porte alors il y a un problème car pour aimer Dieu en vérité il faut savoir aimer les autres, et il n’y a pas d’amour sans actes concrets.  Bien que je sois régulier à la messe, si dans le même temps, je ne suis pas service auprès de ma famille, que je ne suis pas amical avec mes voisins et que je ne viens jamais en aide à ceux qui en ont besoin autour de moi … Quel sens cela a-t-il ? Cela voudrait dire que les pratiques religieuses, les commandements devraient nous aider à mieux nous rapprocher de nos frères et sœurs. Et qui s’approche plus de son frère qui est dans le besoin, celui-là s’approche plus de Dieu.

Jésus, par sa présence, accomplit la volonté de Dieu de s’approcher de l’homme. C’est pour cela qu’Il dit «ne pensez pas que je suis venu abolir la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir » (Mt 5,17). Il vient pour les enrichir, pour les éclairer, afin que tous les hommes puissent connaître le véritable visage de Dieu et entrer dans Son intimité.

En ce sens, mépriser les indications de Dieu, aussi insignifiantes soient-elles, suppose une très faible connaissance de Dieu et, par la suite, d’être certainement déclaré très petit dans le Royaume des Cieux. Car, comme le disait saint Théophile d’Antioche, « Dieu est vu par ceux qui peuvent le voir ; ils n’ont besoin que d’ouvrir les yeux de l’esprit (…), mais certains les ont brouillés ».

Dans notre prière, cherchons à suivre avec une grande fidélité toutes les indications du Seigneur. C’est ainsi que nous parviendrons à une grande intimité avec Lui et que nous serons en conséquence déclarés grands dans le Royaume des Cieux.

Frère Julien C. Hounsièdé, OSA-Couvent Sainte Rita-Lomé

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici