Que vaut notre vie sans la présence de Dieu ?

0
553

Lectures:
Hébreux 13, 1-3.14-16
Ps 33
Lc 10, 38-42

L’ épisode de la visite de Jésus aux deux sœurs de Lazare, Marie et Marthe, nous montre une fois encore que nos actions sans la contemplation restent stériles dans nos vies.

Dans notre vie aujourd’hui, il saute aux yeux que l’activisme gagne du terrain. Beaucoup de choses semblent nécessaires dans la vie de famille et celle professionnelle: nettoyer, préparer les repas, s’occuper des enfants, courir au marché, voyager, aller au service. Mais si au milieu de tout cela, nous n’avons plus le temps d’écouter les autres et de surcroît celui qui nous a créés, que vaut alors notre vie ? C’est ce qu’expérimentent Marthe et sa sœur lors de la visite de Jésus.

Marthe n’a pas eu le temps d’être avec jésus, or Jésus donne la paix : ceux qui ne le servent pas dans la paix ne le reçoivent pas. Il y a trop d’agitations dans notre manière de vivre aujourd’hui. Nous courrons à tel point que nous nous vidons sans le savoir que ce soient dans nos maisons, au service ou dans nos communautés paroissiales, alors que nous devrions trouver le Seigneur dans nos tâches quotidiennes.

Cette agitation se vérifie même parfois dans nos prières et actes liturgiques pendant lesquelles on se préoccupe plus de la forme que du contenu. On est uniquement à la récitation de nos prières et on multiplie à longueur de journée des prières sans pour autant en être présent pour rencontrer véritablement Dieu.
Pour remédier à cette agitation, il faut adopter l’attitude de Marie, assise auprès du maître et l’écouter. C’est l’attitude traditionnelle du disciple aux pieds de son maître. Elle a choisi la meilleure part. Elle profite de la présence brève du Christ dans sa vie.

Nos journées doivent commencer par la méditation, l’oraison, la contemplation, écouter Dieu, le rencontrer avant de rencontrer les hommes. Et nous devons faire effort de l’inviter au début de toute action à mener dans notre quotidien.

Pour y arriver, il faut planifier sa journée en y mettant de petits temps d’offrande spirituelle à Dieu.

Seigneur, tant que nous ne sommes pas connectés à Toi, nous sommes sans effet. Fortifie-nous par ton Esprit pour que nous puissions te trouver dans tout ce que nous faisons.

P. Alex-Eugène DOMINGO, administrateur adjoint à la Communauté Notre Dame de la Miséricorde (Lomé, Togo)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici