Par la foi, la persévérance et l’humilité, nous sommes exaucés

0
348

Lecture:
Is 56, 1. 6-7…Ps 66…Rm 11, 13-32… Mt 15, 21-28.

Les textes liturgiques de ce vingtième dimanche du Temps Ordinaire nous laissent contempler Dieu dans son grand amour qui veut sauver l’humanité entière en la personne de Jésus Christ. Ce salut, jadis annoncé, est en premier temps promis et destiné au peuple d’Israël à qui le prophète adresse un message dans Ia la première lecture : « Ainsi parle le Seigneur : Observer le droit, pratiquer la justice car mon salut approche ». Par ce petit peuple d’Israël, Dieu accorde son salut à toutes les nations : « car ma maison s’appellera Maison de prière pour tous les peuples » d’où l’universalité du salut. En effet, à travers la guérison de la fille de cette femme Cananéenne, le salut lié à la miséricorde de Dieu ne connaîtra plus de frontière. Voilà le plan d’amour de Dieu sur l’humanité. Mais pour avoir accès à cet amour ou mieux à cette miséricorde divine, l’Évangile nous propose trois attitudes : la foi, la persévérance et l’humilité

1- La foi
 »Femme, grande est ta foi » dit Jésus à la Cananéenne.
La foi…qu’est-ce que c’est ? Ce terme vient du verbe latin « fidere » qui veut dire « avoir confiance ». La foi est donc une confiance totale à Dieu. Dans la Bible, nous voyons Jésus reprocher souvent à ses disciples leur manque de foi. « Hommes de peu de foi » Par ailleurs, nous le remarquons se réjouir de la grande foi d’un centurion romain et de cette femme Cananéenne c’est à dire une païenne. La foi devient ici un début de conversion. C’est dans ce sens que le théologien Henri de Lubac en analysant la pensée de Saint Augustin écrit : « La foi en Dieu est un mouvement qui commence par la conversion » nous obtenons ainsi l’équation :
Foi = confiance
Foi = conversion

Qu’elle est donc ma foi? Sommes nous vraiment convertis? Avons nous vraiment confiance en Dieu comme le cas de cette femme Cananéenne ? La foi en Dieu s’éprouve et se nourrit par la persévérance.

2- La persévérance
La femme de l’Évangile demeure pour nous un bel exemple de persévérance. Malgré son appartenance étrangère, malgré les regards moqueurs et méprisants dont elle serait victime et même en dépit de l’indifférence flagrante de Jésus, elle n’a pas cessé de crier vers le Seigneur et d’implorer sa clémence. Comment perséverons-nous dans nos moments difficiles ? Pour persévérer, il nous faut avoir l’humilité.

3-L’humilité
Du latin « humus », abaissement, l’humilité désigne le fait de se coucher par terre. Admirons l’humilité de cette femme qui va jusqu’à se comparer à un petit chien. Appeler quelqu’un « chien » est une grave injure en Orient. Mais cette femme va accueillir cette humiliation et va la transformer en source de grâce à travers sa réponse pleine d’espérance : « mais justement, les petits chiens mangent les miettes qui tombent de la table ». Cette réponse lui a valu ce qu’elle voulait: la guérison de sa fille. Ce que Jésus attend de nous, c’est la foi. Car, par une foi persévérante, on obtient la guérison et on bénéfie des grâces de Dieu.

Agréable Dimanche !

Père Denis AZATEKLU, formateur au petit séminaire Saint PIE X d’Agoè-Nyivé

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici