Suivre Dieu pour pêcher des hommes…

0
173

Chers amis,
Nous ne le dirons jamais assez, le message chrétien implique un changement de paradigme. La foi en Jésus implique un changement de mentalité continuel, un retournement permanent. Avec à chaque fois cette invitation à nager à contre-courant, à ne pas se laisser happer par la manière de penser du moment. Parce que cela peut se révéler excentrique voire périlleux, il nous faut toujours avoir à l’esprit l’affirmation pleine de confiance de l’apôtre Paul à Timothée : « Je sais en qui j’ai mis ma foi !»


Une question se pose à ce stade du parcours : cela porte-t-il des fruits ? Parce que l’intelligence humaine a constamment besoin de résultats, la question s’impose. À tous ceux qui se demandent s’ils ont raison de tout abandonner pour suivre Jésus, l’évangile offre un témoignage poignant : avec le Christ, l’impossible devient possible. La récompense existe bel et bien, le Christ ne nous demande pas de le suivre pour nous laisser tomber. C’est certain.


L’évangile se conclut pourtant sur une curieuse mention : « pêcheurs d’hommes ». Pourquoi une telle évocation alors que la pêche miraculeuse vient d’être accomplie, et que les résultats sont là, qui glorifient Dieu ? Pour répondre à cette question, il nous faut garder à l’esprit que Jésus a été tenté au désert au sujet des richesses de ce monde. Le diable les lui proposait s’il consentait à se prosterner devant lui. Le psaume de ce jour donne une réponse claire : « le monde et ses richesses sont au Seigneur ! ». Mais au-delà des richesses, la terre et tous ses habitants. Le plus important pour Dieu n’est pas de nous faire miroiter des riches matérielles, mais de nous faire gagner à son Royaume tous les habitants de la terre. C’est cela les pêcher.


De fait, lorsque les hommes se mettent à la course effrénée aux richesses, ils finissent par oublier l’essentiel : garder le cœur pur, les mains innocentes et l’âme loin des idoles de toutes sortes…Voilà la pêche à laquelle le Seigneur nous envoie, celle qui consiste à re-pêcher les hommes du péché, à les rendre à Dieu.


L’apôtre Paul fait bien de rappeler que nous sommes au Christ qui lui-même est à Dieu. Ne nous perdons pas chers amis ! Tout nous appartient, mais c’est justement parce que nous sommes à Dieu, à qui tout appartient. Comme le dit la sagesse juive multiséculaire, que sert-à l’homme de gagner l’univers s’il vient à perdre son âme, ou si c’est au prix de sa vie ?


Laissant tout, les disciples suivirent Jésus. C’est invitation à la renonciation est toujours un appel à la purification. Ce qu’il nous faut abandonner, ce sont nos fausses sûretés, ces « filets » incapables de prendre quoi que ce soit sans Jésus. Nos calculs aussi, cette fameuse sagesse de ce monde qui ne nous mène qu’à la ruine.
« Qui a Dieu ne manque de rien. Dieu seul suffit » Thérèse d’Avila

P. Joseph LABA, Aumônerie de l’UCAO / UUT

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici