Peut-être donnera-t-il du fruit à l’avenir

0
232

Samedi de la 29e semaine du Temps Ordinaire/ Année A

Références : 1ere lecture : Eph 4,7-16, Ps 121, Ps 121

Quelques fois, sinon souvent, il arrive que dans notre quotidien, nous nous préoccupons plus des autres que de nous-mêmes. En fait, ce n’est pas tant dans le sens où l’on est attentionné par rapport à eux ou qu’on les affectionne. Au contraire, ce sont leurs talents ou savoir-faire ou mieux encore, leurs dons que nous critiquons. On cherche à savoir ce qu’ils font ou ne font pas ; comment ils le font ; leur ci, leur ça, bref on va fouiner dans leur vie. On guette le moindre de leurs faux pas ; on amplifie la petite erreur venant de leur part ; on critique leurs actions et on trouve à redire sur leur personne en allant jusqu’à les piéger si possible, afin de trouver de quoi les ‘’ achever ‘’. Or, nous oublions que « la grâce a été donnée à chacun d’entre nous, selon la mesure du don fait par le Christ. », comme le texte de la première lecture nous le fait voir.

En effet, chacun de nous a à lutter pour faire fructifier son don dans le bon sens, pour le bien de tous, afin de contribuer à la construction  du corps du Christ. Car, poursuit le texte, « en vivant dans la  vérité de l’amour, nous grandirons pour nous élever jusqu’à celui qui est la Tête, le Christ ».

Par ailleurs, dans l’évangile, Jésus nous recommande, avec la parabole  du figuier desséché, de ne pas remettre à plus tard, le bien que nous pouvons faire à l’instant.  L’adage populaire dit : «  Qui remet à demain, trouvera malheur en chemin. » Il nous rappelle également, de ne pas nous estimer plus juste que les autres au risque de les mépriser.  Mais d’être humble et persévérant dans le bien.

Le Seigneur est patient avec nous, lent à la colère et plein  d’amour. Il nous donne le temps nécessaire pour la conversion. L’antienne de l’alléluia le souligne : Je ne prends pas plaisir à la mort du méchant ; dit le Seigneur. Qu’il se convertisse et qu’il vive »                                                                                           

Que sa grâce nous aide à y parvenir.  Amen !

Abbé Sylvestre Euloge AGBELEKPO FIADZE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici