Dieu visite une femme courbée

0
366

Cette femme courbée sur elle-même, un esprit impur l’empêchait d’accueillir et de goûter la vie, condamnée à se regarder, à ne se voir que repliée sur elle, loin de la vie.

Le jour du sabbat est honoré de 2 manières : il y a ceux pour qui ça veut dire se conformer à de bonnes pratiques, il y a Jésus pour qui c’est rendre gloire à Dieu dans son corps et dans son cœur.  Jésus, pour Paul aussi, c’est seulement « imiter Dieu ». Paul, il met des « comme » partout : comme Dieu vous a pardonné, pardonnez-vous les uns aux autres, comme le Christ nous a aimés, aimons-nous les uns les autres. Honorer le jour du Seigneur, c’est naître, tel un enfant bien-aimé de Dieu, c’est connaître Dieu, le Christ, notre prochain, de l’intérieur, c’est reconnaître Celui qui donne la vie. C’est aussi demeurer en lui, créer un lien intrinsèque avec Dieu et le prochain.  

Cette femme courbée sur elle-même, un esprit impur l’empêchait d’accueillir et de goûter la vie, condamnée à se regarder, à ne se voir que repliée sur elle, loin de la vie.

Chose naturelle au cœur de l’homme, qui se croit meilleur que d’autres, il pense que, s’il arrive un malheur à ses semblables, c’est un jugement de Dieu ; on oublie que, devant Dieu, tous sont coupables. Dans les temps où se trouvaient les Juifs, temps analogues à ceux où nous vivons, ce jugement porté sur les victimes de maux et de calamités diverses, individuellement, ou comme famille, ou comme nation, n’est pas juste, parce qu’aujourd’hui comme alors, le monde a atteint un degré de culpabilité telle que les châtiments sont près de l’atteindre. Dieu s’occupe de faire grâce à quiconque répond aux appels de son amour. S’il permet que des calamités tombent sur certaines personnes ou sur certains peuples, ce n’est qu’un signe avant-coureur de ce qui atteindra tous ceux qui aujourd’hui ne se repentent pas. Chacun doit se préoccuper de son propre état devant Dieu, se juger et se convertir pendant qu’il en est temps.

Prions : Accorde nous seigneur de pouvoir nous convertir, pour le peu de temps que tu nous donne de vivre et aide nous à faire le bien en tout temps. Amen !

Abbé Guy TSEVI, Paroisse Notre-Dame du Mono Tohoun (Togo)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici