Notre adhésion au Christ doit se traduire par la cohésion entre la foi professée et la vie vécue

0
299

1ère Lecture : Is 26, 1-6

Psaume : Ps 117 (118), 1.8, 19-20, 21.25, 26

Evangile : Mt 7, 21.24-27

Bien-aimés,

Tandis que l’Occident se plaint du recul de la foi, en Afrique, Dieu merci, Dieu est encore présent. On l’invoque, on se réclame de lui. Et un constat qui porte à dire qu’en Afrique, la foi a encore de grand jour devant elle, est la recrudescence des sectes, ces « églises » qui poussent comme des champignons. Mais que ce phénomène ne nous induise pas en erreur. En effet, si en Afrique Dieu semble partout présent, si l’on a ses décrets sur les lèvres et son nom à la bouche, il est paradoxalement absent là où il désire être le plus : dans les cœurs, dans les vies. Je n’en veux pour preuve que le syncrétisme ambiant dans nos sociétés et le décalage énorme qui existe entre l’évangile et la vie morale de nombreux chrétiens.  

Aujourd’hui le Seigneur nous interpelle : « Ce n’est pas en me disant : “Seigneur, Seigneur !”qu’on entrera dans le royaume des Cieux, mais c’est en faisant la volonté de mon Père qui est aux cieux ». Notre adhésion au Christ doit se traduire non pas seulement par une assiduité à la prière et aux assemblées liturgiques, mais surtout  par une cohérence entre la foi que nous professons et la vie que nous menons. Si nous attendons le Christ, sa parole doit d’ores et déjà imprégner nos façons de penser et d’agir. Nous avons intérêt. La Parole est le roc solide sur lequel tout homme doit bâtir sa vie. Elle est vivante et efficace. Elle est source de renouvellement constant. Puisions-nous être plus intime avec elle.

            P. Darius Anoumou ADJANGBA, Formateur au Petit séminaire Saint Pie X d’Agoè-Nyivé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici