Nous sommes le peuple de Dieu…’’

0
120

Avec ce dimanche, quatrième jour de la neuvaine préparatoire à Noël, nous entamons la dernière semaine du Temps de l’Avent qui nous ouvre sur la célébration de la commémoration de l’entrée de Dieu dans l’histoire humaine. Par la 4ème bougie de la couronne de l’Avent, symbole de l’enseignement des prophètes annonçant un règne de justice et de paix, les textes de ce dimanche nous éclairent sur la manière dont ce règne espéré est le désir de l’époque de David bref, un désir perpétuel à travers un règne dynastique. Ce règne notable timidement dans notre monde, est l’aspiration sans cesse croissante de tous les peuples de l’humanité, un règne jamais parfait nulle part ni à aucune époque mais un idéal toujours à construire. Demandons au Seigneur de donner à nos pays une autorité relative à l’évolution de l’histoire des peuples, un messie qui est sa crainte pour la justice sociale et la paix.

La fidélité de Dieu à son Alliance

La foi juive a cette particularité selon laquelle c’est l’Entité Yahvé qui propose son amitié à un homme de son choix, Abraham parmi tant d’autres. Il se soucie en premier des termes de cette Amitié-Alliance plus que l’homme ne s’en souciât. Sa fidélité est le concret de cette Alliance, un Dieu qui tient parole et ne trompe ni ne ment guère. Au-delà du souci du roi David, petit berger aux cheveux roux choisi parmi les fils de Jessé de lui construire une ‘’ Demeure ‘’ digne afin d’abriter la sacro-sainte Arche de l’Alliance encore sous une tente, Yahvé par son prophète toujours humain, qui peut se tromper, lui refit connaitre à David son projet : « Le Seigneur t’annonce qu’il te fera lui-même une maison. Quand tes jours seront accomplis et que tu reposeras auprès de tes pères, je te susciterai dans ta descendance un successeur, qui naîtra de toi, et je rendrai stable sa royauté. Moi, je serai pour lui un père ; et lui sera pour moi un fils. Ta maison et ta royauté subsisteront toujours devant moi, ton trône sera stable pour toujours ». A travers cette affirmation prophétique, le Seigneur rappelait à David que c’était lui qui assura son palais actuel. Cependant, la maison en question dans le dialogue-révélation renvoie à la fidélité de Dieu d’affermir l’héritage de la royauté du royaume de Juda en dynastie.

Au fond, Israël est un peuple qui survit, s’affirme et se défend par ses convictions religieuses qui fondent son âme spirituelle et son identité sociale dans la cohabitation à d’autres peuples qui ne le ménageaient nullement. C’est là que le psaume intervient, suscitant toujours tout l’espérance dans le vide : « Avec mon élu, j’ai fait une alliance, j’ai juré à David, mon serviteur : J’établirai ta dynastie pour toujours, je te bâtis un trône pour la suite des âges. » (Ps 88 ou 89,4-5). Israël dit tout simplement qu’il est un peuple particulier, choisi, consacré, mis à part, un peuple théocratique dont le droit d’existence est décrété par Yahvé qui le conduit dans sa fidélité aux risques de l’histoire. Et c’est aussi notre histoire humaine.

De la royauté vers un peuple de croyants

Le temps de l’Avent réalise aspiration  à un monde nouveau et à une terre nouvelle, c’est-à-dire une existence de justice, de paix, de droit. La maturité spirituelle acquise dans la marche de foi avec Yahvé fait découvrir plus que dans le passé que la carrure du roi idéal pouvant incarner les attentes de Dieu pour un peuple, une humanité assoiffée de justes idéaux est ce qu’exprime le message de l’ange : « L’ange lui dit alors : Sois sans crainte, Marie (Is 7 14B-15 ; So 3.14-18) car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin. » (Cf. Evangile). En d’autres termes, ce roi idéal devrait être différent des rois ordinaires jusque-là connus dans sa conception hors-norme et unique afin de pouvoir demeurer dans sa mission fondamentale : il sera conçu sous la puissance de Dieu afin de rester sous sa mouvance : ‘’ Fils du Très-Haut, (Is 11, 1-2) consacré comme David et recevoir les dons de l’Esprit Saint’’. Où le trouver sur la terre des vivants ?

De la nation au peuple de foi

Les deux temps de l’annonce de Jean à Zacharie et de Jésus à Marie se complètent pour mettre en relief les deux grandes caractéristiques de Dieu dans la Bible : la fidélité et la grâce. Jésus est le modèle paradigmatique pour ceux qui veulent réaliser un monde idéal « selon l’ordre du Dieu éternel, mystère porté à la connaissance de toutes les nations pour les amener à l’obéissance de la foi, à Celui qui est le seul sage, Dieu, par Jésus Christ, à lui la gloire pour les siècles. Amen. ». (2ème  L). Ce sont ces rêves, ces desiderata, ces énergies que nous invoquons sur la terre des hommes, dans nos familles en ce temps de l’Avent. Avec l’Avent, nous espérons un ciel nouveau et une terre nouvelle, nous inaugurons le règne de la lumière sur les ténèbres dans toutes nos réalités de vie.  

Une aube nouvelle

La venue de Jésus comme fils de David par l’appartenance de Joseph son père nourricier (1ère L), confirme la division du monde en deux partis : l’un de l’origine du monde jusqu’au prophète précurseur Jean le Baptiste et l’autre, qui a commencé avec le mystère de l’incarnation qui consacre la maturité du monde appelé le ‘’salut ‘’. Ce salut’ c’est l‘entrée de Dieu l’accueil de l’Enseignement de Jésus-Christ dans la vie concrète des hommes, changeant leurs perspectives et les réoriente qualitativement. L’ensemble de la chrétienté confirme cette royauté éternelle comme rapportait l’ange: « il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin. » c’est-à-dire il étendra l’amitié de Dieu donnée à Abraham avec l’humanité pour la libérer de péché d’orgueil et faire d’elle un peuple de prêtres, de prophètes et de roi. Ce royaume, nous y sommes par le baptême et nous l’étendons par l’annonce de l’Evangile. Viens, fruit de la terre et don du ciel nous renouveler. Amen

Proposée par l’Abbé Jean Baptiste Komlan LABADEH, (clergé diocésain de Lomé)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici