Abandon total au Christ

0
203

Frères et sœurs en Christ, les textes de ce jour nous invite à l’abandon total au Christ, chez qui rien n’a plus d’importance.

En effet, dans la première lecture, la lettre aux Hébreux nous parle de l’obéissance du Christ à son Père. Jésus est décrit en tant que le plus grand prêtre par excellence. Pas à cause de son origine biologique : né de Dieu ; mais parce que, en tant qu’homme et Fils de Dieu, il n’a rien fait de lui-même sans le soumettre à son Père. Le Christ a toujours fait tout en accord avec celui qui l’a engendré et qui l’a envoyé, comme la lettre le signifie : « Pendant les jours de sa vie dans la chair, il offrit, avec un grand cri et dans les larmes, des prières et des supplications à Dieu qui pouvait le sauver de la mort, et il fut exaucé en raison de son grand respect. »

En tant que baptisés, avant de poser un acte, avons-nous l’amabilité de soumettre notre intention à Dieu ? voir si ce que nous voulons faire est en accord avec les Saintes Ecriture (La Bible) ? Jésus faisait des prières avant de commencer ses œuvres. Nous aussi, nous sommes invités à discuter de nos activités, de nos projets, de nos intentions avec Dieu chaque matin dans la prière avant de démarrer notre journée.

Jésus a vécu pleinement sa condition humaine comme nous le vivons aujourd’hui : « Bien qu’il soit le Fils, il apprit par ses souffrances l’obéissance ». Nous comprenons donc que celui que nous suivons n’a pas fait exception de souffrance. Malgré qu’il savait que ce qui découlera de ses œuvres ne sera pas mielleux pour lui en plein temps, mais à cause de la mission qui lui a été confié et à qui il a déjà dit “Oui“, il a tenu jusqu’au bout. Jean-Jacques Rousseau disait dans contrat social : « l’obéissance à la loi qu’on s’est prescrite est liberté ». Mes frères et sœurs en Christ, avant de s’engager à la suite du Christ, nous avons, bien sûr, écouté sa parole et découvrir ce que Jésus lui-même a vécu, du coup, nous savons ce qui nous attendait. Alors, sachons-le que nous aussi, à notre tour, devons respecter notre contra en faisant ce que Jésus nous demande dans ses commandements. Car, n’oublions pas que, c’est par son obéissance, comme le dit la lettre, « qu’il est devenu pour tous ceux qui lui obéissent la cause du salut éternel ». Ceci étant, bien-aimé dans le Christ, si nous nous abandonnons à la volonté du Christ, si nous nous laissons conduire et guider par ses paroles, bref si nous lui obéissons totalement, bien que dans la chair nous allons connaitre la souffrance, mais nous n’avons plus rien à craindre et notre vie est garantie pour toujours. Et c’est ce que nous voyons dans l’Evangile de ce jour tiré du livre de St Marc.

Comme les pharisiens ne savaient pas qui Jésus était véritablement, ils accusaient ses disciples de n’avoir pas observé la pratique du jeûne, comme Moïse l’avait prescrit. Il est vrai que le jeûne est l’un des meilleurs exercices spirituels qui nous aide à bien prier et à nous rapprocher davantage de Dieu. En fait, son objectif est de nous aider à découvrir Dieu pour mieux le prier et le servir. Voilà que, en son temps, les disciples marchaient et vivaient avec Dieu, découvert en la personne de Jésus, pourquoi alors se fatiguer de jeûner encore ? En étant avec Jésus, on est déjà comblé de tout ce qu’il faut, plus rien n’a d’importance.

Prions donc à Dieu, mes frères et sœurs, pour qu’il nous aide à mieux le découvrir, pour mieux l’aimer et le servir dans l’obéissance à ses commandements.

Que Dieu bénisse ses paroles dans nos cœurs.

Auracio Eyram Brother Chrétien TEGBUI

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici