Répondre à l’appel de Dieu

0
155

Chers frères et sœurs en Christ, les textes de ce deuxième dimanche du temps ordinaire nous invite à répondre à l’appel de Dieu qui résonne en nous.

La première lecture nous parle de l’appel du jeune Samuel. Samuel, comme nous le savons, est un enfant que sa maman a confié au prophète Eli, pour servir Dieu en signe de reconnaissance pour lui avoir été exaucé. Car Samuel est venu dans la vieillesse de sa mère, alors qu’elle était considérée comme une femme stérile. C’est ainsi que le jeune Samuel s’est mis à l’école de son maitre spirituel en vue d’apprendre comment servir le Seigneur. Etant toujours au temple, voici que Dieu décida de lui confirmer son appel, non pas seulement parce que sa maman l’avait amené pour sa gratitude, mais aussi parce que Dieu l’avait choisi depuis le sein de sa mère. Cependant, Samuel ne reconnait pas la voix de Dieu et il faut son maître Eli pour lui faire découvrir l’appel de Dieu.

Mes biens aimés, le Seigneur, pour nous confier une mission, appelle chacun par son nom, comme nous l’avons remarqué dans le récit de Samuel qui a été appelé par Dieu trois fois. Mais, il a fallu son maitre spirituel pour mieux répondre l’appel de Dieu. Mes frères et sœurs, Dieu nous appel chaque jour, mais est-ce que nous arrivons à reconnaitre sa voix ? à travers l’appel de la vocation de Samuel, nous pouvons comprendre que la voix de Dieu résonne en nous, mais nous avons besoin parfois de guide ou d’un accompagnateur pour déceler la véritable voix qui fait écho en nous. Cela nous fait penser aux accompagnateurs qu’on nous conseille souvent. En tant qu’enfant, jeune et même adulte, nous avons besoin de quelqu’un pour nous aider à prendre des grandes décisions dans la vie. Cela nous permettra de ne pas faire des erreurs ou des déviations. Pour nos études supérieures, nous avons besoin d’un ainé pour mieux nous explique les choses afin de pouvoir faire un choix convenable à notre attente. De même, sur le plan spirituel, nous en avons aussi besoin. C’est donc lui, avec ses expériences et par son bon discernement, va mieux nous guider et nous orienté, comme nous le voyons dans l’Evangile.

En effet, dans l’Evangile, Jean le Baptiste, découvrant qui Jésus est véritablement : « l’Agneau de Dieu », n’a pas hésité de diriger ses disciples vers lui. Ses disciples, connaissaient Jésus, ils ont entendu parler de lui, mais ne l’avait pas reconnu en tant qu’« Agneau de Dieu. » Il faut leur maître Jean le Baptiste pour leur ouvrir les yeux sur Jésus.

D’abord, par l’acte du Baptiste Jean, nous pouvons découvrir les grande qualités d’un accompagnateur. Evidemment, on ne choisit pas n’importe qui pour jouer le rôle d’un directeur spirituel, cependant, pour être un bon guide pour les autres, il faut l’humilité, la vérité dans ses actions et le désir de voir son disciple évoluer. Jean Baptiste ne s’était pas fait lui-même Christ, mais dans son humilité a montré le Messie a ses disciples, d’où la vérité qu’il dit à ses disciples. Et enfin, Jean reconnait que si ces deux disciples sont avec le Christ-lui-même, leur avenir sera plus radieux qu’en étant à sa compagnie.

Et comme le jeune Samuel, dans la première lecture, donnait une réponse qui montre sa disponibilité totale à l’appel de Dieu par : « Tu m’as appelé, me voici » ; aussi, les disciples à qui Jean le Baptiste a montré « l’Agneau de Dieu, » n’ont pas hésité avant de suivre Jésus pour connaitre où il habitait. Mes frères et sœurs en Christ, Dieu nous invite aujourd’hui à répondre favorable à l’appel qu’il lance à chacun de nous. Répondre à sa vocation demande beaucoup de sacrifice, c’est pour cela Dieu, étant celui qui appel le premier, nous laisse toujours la liberté de répondre et demande le don total de notre personne pour répondre à son appel. Cependant, une fois notre “Ok“ donné, Dieu ne nous abandonne pas il reste toujours à côté de nous pour nous fortifier et nous soutenir à chaque instant de notre existence, comme nous le voyons dans la première lecture : « Le Seigneur était avec lui, et il ne laissa aucune de ses paroles sans effet ». Mais notre sacrifice et notre engagement pour la vocation à laquelle nous sommes appelés aidera aussi à la réussite de ce que Dieu nous confie. Parce que, une fois que nous nous mettons au service de Dieu au travers les services que nous apportons à nos frères et sœurs, c’est tout notre être qui s’engage. Bien aimé de Dieu, peu importe le service que Dieu nous appelle à rendre pour le bien de l’humanité : que ce soit dans la médecine, la technologie, la technique, la science, l’armé, l’enseignement, l’éducation, l’évangélisation ou la vie consacrée …, nous devons le faire pour refléter son image. Ainsi, nous devons donc prendre soin de nous-même, comme St Paul nous interpelle dans la seconde lecture.

Si nous reconnaissons la présence de Dieu en nous et que nous savons que c’est lui qui nous a créé pour à son image, St Paul nous demande de « fuir la débauche ». Car elle est le péché qui souille le corps tout entier et le désacralise. Puisse que, comme il le dit, nos « corps sont les membres du Christ » et représentent « le sanctuaire de l’Esprit Saint. » Nous devons donc en prendre soin, chercher à le nourrir non seulement avec la nourriture périssable, mais aussi par la nourriture impérissable (spirituelle), car c’est elle qui nous aidera à être toujours unit au Seigneur et à pouvoir bénéficier de ce que Dieu réserve pour ses serviteurs fidèles.

Prions donc le Seigneur de nous aider répondre favorablement à l’appel qu’il nous lance et à nous engager pour le servir à travers nos frères et sœurs tout en l’imitant dans notre vie de chaque jour.

Que Dieu bénisse ses Paroles dans nos cœurs ! Amen

Auracio Eyram Brother Chrétien TEGBUI

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici