Est-ce là le jeûne qui me plait?

0
92

Chers frères et sœurs en Christ, ces quarante jours qui nous préparent aux célébrations pascales, nous invitent à une profonde remise en question de notre relation avec Dieu.

À quoi ressemble la présence de Dieu dans nos vies ? L’avons-nous toujours cherché, là où il voudrait être trouvé ? Notre vie chrétienne, nous conduit-elle véritablement à lui ?

Bien-aimés du Seigneur, la première lecture de ce jour ne souffre d’aucune ambiguité. Elle devrait se passer de commentaire et faire objet de méditation pour chacun de nous.

A travers le prophète Isaïe, Dieu lève le voile sur la nature cachée de notre vie de croyant. « Dénonce à mon peuple sa révolte, à la maison de Jacob ses péchés… Comme une nation qui pratiquerait la justice et n’abandonnerait pas le droit de son Dieu, ils me demandent des ordonnances, il voudrait que Dieu soit proche ».

Oui chers frères et sœurs, nous passons très souvent notre vie chrétienne à demander et attendre des choses du Seigneur, pendant que nous manquons du zèle dans l’accomplissement de sa volonté. Nous avons tendance à réduire Dieu aux pratiques religieuses extérieurs, en l’excluant de l’essentiel de nos vies. Les yeux fixés au ciel, nous le cherchons dans les hauteurs, alors qu’il se fait présent dans l’humain que nous foulons au pied. Nous ne cherchons pas Dieu, là où il voudrait être trouvé, c’est-à-dire, dans le prochain, dans le frère, dans la sœur.

Alors, nous nous plaignons : Pourquoi ne nous entends-tu pas Seigneur quand nous prions, quand nous jeunons pourquoi ne le vois-tu pas ? Ne le sais-tu pas, quand nous faisons pénitence ?

À Dieu de nous répondre : « S’agit-il de courber la tête comme un roseau, de coucher sur le sac et la cendre ? …le jeûne qui me plait n’est-ce pas ceci : faire tomber les chaines injustes, …rendre la liberté aux opprimés ? …N’est-ce pas partager ton pain avec celui qui a faim, accueillir chez toi les pauvres sans abri, couvrir celui qui est sans vêtement, ne pas te dérober de ton prochain ? ».

Voilà des choses qui manquent cruellement à notre vie chrétienne. Si la prière, la pénitence et le jeûne sont nécessaires, sachons pourquoi nous le faisons. Ils sont des moyens, sensés nous rapprocher davantage de Dieu qui se laisse découvrir dans nos prochains.

Les disciples de Jean dans l’Évangile de ce jour, semblent ignorer ce détail. Sinon, ils auraient découvert le divin Epoux qu’ils attendent venir du ciel, présent au milieu d’eux.

Le prochain est le chemin qui mène à Dieu.

Père Mathieu SEWOVI-Paroisse Notre Dame de la Rédemption Bè Klikamé

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici