La foi, vertu indispensable à l’action du Seigneur dans la vie de l’homme

1
302

2 Rois 5, 1-15a

Psaume 41 (43)

Luc 4, 24-30.

Frères et sœurs en Christ et en humanité,

Les lectures que nous propose l’Église en ce lundi de la troisième semaine du Temps de Carême sont une invitation à garder la foi en Dieu. Dans la première lecture, cette foi a été communiquée d’une fillette-servante à la femme de Naaman, de celle-ci à son mari mais elle a rencontré quelques hésitations au moment même où le Seigneur voulait accomplir son œuvre de guérison en Naaman. Alors qu’il était en quête du recouvrement de la santé, il avait déjà une idée arrêtée sur le processus de guérison. Il jugea les prescriptions d’Elisée impertinentes par rapport à son attente, mieux, il se fait passer à la fois pour patient et soignant. Mais la foi de Naaman sera consolidée par ses serviteurs : « Père ! Si le prophète t’avait ordonné quelque chose de difficile, tu l’aurais fait, n’est-ce pas ? Combien plus, lorsqu’il te dit : “Baigne-toi, et tu seras purifié.”»

Avec la première lecture de ce jour, le traitement vis-à-vis de nos frères et sœurs, surtout de ceux qui sont à nos services doit être transfiguré. Qu’elle est grande, la place des serviteurs de Naaman dans le processus de sa guérison !

Que de fois ne sommes-nous pas des Naaman, quand nous exposons nos problèmes à tel ou tel prêtre qui nous indique quelques exercices spirituels apparemment insignifiants à accomplir ? Que de fois ne pensons-nous pas que la satisfaction à nous demander par le prêtre au confessionnal est impropre ou trop peu pour assurer le pardon de nos péchés ? Dans ce contexte de la pandémie, ne sommes-nous pas souvent insatisfaits, si après une bénédiction, le prêtre ne nous impose pas les mains ?

Dans l’évangile, le manque de foi ne permit pas aux interlocuteurs de Jésus de découvrir en lui, le Messie ; ils ne gardèrent que l’image du fils de Joseph. Et là, l’auteur sacré ne nous instruit sur aucun de ses miracles.

Demandons à notre Seigneur Jésus, de nous aider à le découvrir en ceux qu’il place sur notre route quotidienne et à croire véritablement en lui. Prions aussi pour toutes les femmes du monde entier, en ce jour spécialement consacré à elles. Que  l’amour du Seigneur soit sur nous comme notre espoir est en lui !  Amen.

Abbé Espoir-Christophe KATO.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici