La fidélité est morte…

0
275

Ce cri du prophète Jérémie a traversé les âges et nous rejoint aujourd’hui dans nos réalités quotidiennes. Jésus lui autre n’a pas voulu resté indifférent par rapport à ce fait. Ainsi avant de rejoindre la maison de son Père, il a décidé de ressusciter la fidélité. « Si vous demeurez fidèles à ma parole, vous êtes vraiment mes disciples » dit-il. Disciple et fidélité sont donc des réalités de cause à effet, des concepts pairs. « Nous sommes les descendants d’Abraham » répondent les juifs pour se tirer d’affaire. Jésus n’en disconvient pas, mais le fait est clair que d’Abraham à eux il y a eu un glissement de terrain. Leur intention de tuer Jésus est une preuve palpable. Sont-ils des fils perdus d’Abraham ?

Aujourd’hui, nombreuses sont les têtes qui se réclament la chrétienté mais peu sont les cœurs fidèles au Christ. La conséquence directe c’est la société invivable que nous laissons à la génération future. Chrétiens de nom, chrétiens des fêtes, chrétiens de civilisation, chrétiens de dimanche, chrétiens des événements…sommes-nous aujourd’hui surtout nous les jeunes. La fidélité est morte !

A quelques jours de la fin du temps de carême, nous avons à nous décider et à opter pour la fidélité et la vérité afin d’être libres et de libérer notre société. Comme figures exemplaires de fidélité, la première lecture nous propose les trois enfants : Sirac, Misac et Abdénago en face du grand roi Nabuchodonosor. Ces trois enfants ont tenu très fermes en face de la corruption spirituelle que leur propose le roi. Ils ont tenu jusqu’au bout. « Nous n’adorerons pas la statue d’or que tu as érigée », répondent-ils au roi.

Et toi jeune chrétien, contre quoi échanges-tu ta profession de foi, quelle situation te pousse à mettre une pause à ta foi, comment se fait-il que ta conscience chrétienne reste étouffée et emportée par telle ou telle situation ? Heureusement que le sacrement de réconciliation s’offre à toi comme un pont pour le retour à la normale. La fidélité est morte…la fidélité retrouvera vie si je décide de redevenir vraiment chrétien de tout mon cœur. Dieu ! viens à mon aide !

Abbé BOMBOMA Kondadja Aboki, formateur et Professeur au Moyen Séminaire Saint Daniel Comboni de Vogan Aumônier diocésain de la JEC Aného.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici