Engendré non pas créé… Le prix à payer !

0
233

Les textes de ce jour se veulent une antichambre de la passion de notre Seigneur Jésus. Jésus est au cœur d’une incompréhension liée à sa nature. Ces contemporains l’ont vu tout enfant, tout jeune et adulte. Aujourd’hui Il vient se proclamer Fils de Dieu. Ceci choque la sensibilité religieuse de tout juif qui n’aime pas profaner son Dieu, son créateur.

Selon le principe universel de transmission de la vie, l’engendré et le géniteur partagent toujours la même  nature.  De ce fait, Jésus, historique, se présente aux juifs comme un Dieu. Tel est le comble de la profanation et donc c’est du blasphème. Le chef d’accusation est donc établi pour en finir avec sa vie.

Chers jeunes retenons ici que : le crédo que nous professons n’est pas  un alignement de mots si légers (Jésus, les apôtres, les pères de l’Eglise et tant d’autres saints ont payé pour avoir cru en la divinité de Jésus Christ) ; l’échec aussi fait partie intégrante de la mission, mais la peur et la démission non.

L’intégrité de Jésus dans sa mission jusqu’au bout, jusqu’à l’heure fixée par le père est une leçon à nous jeunes aujourd’hui.  Nous sommes invités à vivre en convaincus et non en convaincant. Aimons donc notre profession de foi, vivons la et s’il y a un prix à payer n’hésitons pas. N’oublions pas que le sang des martyres est une semence de foi. Au cœur de ces accusations, l’Evangile nous fait savoir qu’il y a des hommes qui continuent de croire en Jésus. Lui-même évoque ses bonnes œuvres, comme pour nous dire de ne jamais nous lasser de faire le bien même dans les controverses.

Seigneur aide moi à rester chrétien jusqu’au bout comme tu es resté fidèle à ta mission jusqu’au bout. AMEN

Abbé BOMBOMA Kondadja Aboki, Formateur et Professeur au Moyen séminaire Saint Daniel Comboni de Vogan Aumônier diocésain de la JEC Aného.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici