Le Christ ressuscité nous rejoint…

0
106

Ac 3, 1-10 ; Ps 104 ; Lc 24, 13-35

Bien chers frères et sœurs en Christ, les disciples, gagnés par le désespoir, ont décidé de retourner à Emmaüs. Ils avaient tellement confiance en leur ami. Mais avec la mort de Jésus, ils se disaient que tout est fini. Ils pensent qu’ils n’ont plus rien à faire à Jérusalem. Ils discutent donc de ce qui est arrivé à leur ami sur le chemin. Tout ce que les femmes ont raconté au sujet du ressuscité était difficile à avaler. Ils n’y croient plus.


Bien-aimés, dans la vraie vie, il nous arrive aussi de vivre des moments de désespoir, d’angoisse, d’échec, de deuil. Il nous arrive de vivre des situations terribles où nous ne savons pas quoi faire. Il nous arrive de nous sentir seuls, découragés, déprimés, fatigués. Ainsi donc, nous partageons ces moments de désespoir et de découragement avec les disciples d’Emmaüs. C’est dans ces moments sombres de notre existence où nous ne comprenons plus rien que le Christ nous rejoint sur le chemin.

Il fait route avec nous. Il nous ouvre l’esprit. Il s’intéresse à nos soucis. Il s’occupe de la situation que nous traversons, car le Christ ressuscité n’ignore rien de ce que nous avons au fond de notre cœur. Laissons-nous rejoindre par le Ressuscité à l’exemple cet homme dans la première lecture. En effet, cet homme de la belle-porte s’est laissé rejoindre dans ses moments sombres par le Christ à travers Pierre et Jean.


Comment le Christ vient-il nous rejoindre ? L’évangile nous renseigne que Jésus prit soin de leur expliquer les Écritures et il rompt le pain devant eux. Bien-aimés de Dieu, c’est à travers les Ecritures et la fraction du pain que le Christ se fait « reconnaître ». Aussi dans les deux tables — la table de la Parole et la table eucharistique qui, en réalité, forment un tout — que le Seigneur nous rejoint chaque jour dans l’Eucharistie.

En effet, à travers la Parole, le Christ prend fraternellement contact avec nous. Quand nous l’accueillons comme l’ont fait ces deux disciples, normalement cette parole doit nous brûler le cœur. Jésus nous rejoint également dans l’eucharistie, dans la fraction du pain. C’est le signe efficace de la présence du Christ ressuscité. C’est le plus grand signe de notre foi.


Demandons au Seigneur de nous ouvrir davantage les yeux pour le reconnaître et l’accueillir dans notre vie.

Père Doméfa Komi Brice AKAGBO, OSA

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici