La vie chrétienne : unique et vrai chemin d’éternité

0
56

1L. Ac 9, 1-20; Ps 116(117); Ev. Jn 6, 52-59

Frères et sœurs bien-aimés de Dieu, loué soit Jésus.

Porter fidèlement et fermement le flambeau de la foi, au point de devenir pour les persécuteurs d’hier la principale raison qui provoqua l’heureuse rencontre qui leur ouvre la voie à la conversion, l’accès au salut c’est d’abord avoir compris que vraiment rien n’est impossible à Dieu. A la grâce de Dieu qui trouve demeure en l’homme, toujours disposé et ouvert à ses œuvres et aux motions de l’Esprit, confère la persévérance et la résistance des disciples dans la première lecture, au-delà des persécutions qu’ils subissent.

Ensuite, c’est avoir compris soi-même que nul, aucun croyant ne peut aller au bout du chemin de la foi, sans s’attacher, oui sans s’unir véritablement au Maître, à son Seigneur et s’y atteler. Vérité que véhiculent ces paroles du Christ dans l’Évangile du jour : Amen, amen, je vous le dis : si vous ne mangez pas la chair du Fils de l’homme, et si vous ne buvez pas son sang vous n’aurez pas la vie en vous. Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle.

En effet, accéder à la vie et à la vie éternelle suppose, parvenir effectivement, comme croyant, chrétien, au terme de son pèlerinage terrestre. Car en réalité, nous n’entrons définitivement en possession de cette vie éternelle, qu’après notre départ de cette terre. Et oui frères et sœurs, aux dires du Seigneur lui-même, posséder cette vie éternelle ou encore y parvenir c’est manger son Corps et boire son Sang.

C’est à cette action que les textes nous convient en ce jour. Mais qu’est-ce à dire concrètement dans notre contexte, manger le Corps et boire le Sang du Seigneur? Bien évidemment cela voudrait dire avant tout, communier au Corps et au Sang du Christ. Et à la suite il signifie s’attacher à tous les moyens et les conditions qui nous maintiennent fidèles jusqu’à son terme, sur le chemin de la foi qui est aussi la vie éternelle.

Nous l’avions souligné plus tôt, c’est au terme de notre pèlerinage terrestre, en demeurant fidèles à notre foi que nous accédons à la vie qui sera éternelle dans le nouvel état de vie qui deviendra le nôtre.
Daigne le Seigneur lui-même qui nous introduit à l’intelligence de ses paroles nous soutenir pour que toute notre vie puisse servir à manger son Corps et à boire son Sang, c’est-à-dire à préparer la vie éternelle.
Amen

Abbé Girolamo

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici