Ils n’ont pas besoin de s’en aller

0
209

LUNDI DE LA 18è SEMAINE DU T/O ANNEE B

REFERENCES : 1ere lecture : Ex 16, 2… Ps 77  Évangile : Jean 6, 24-35

« Ils n’ont pas besoin de s’en aller »

Voyant la foule, Jésus dit à Philippe: « D’où achèterons-nous des pains, afin que ceux-ci mangent? » Philippe répondit: «Pour deux cents deniers de pain ne suffirait pas, pour que chacun en reçut quelque peu» (v. 5-7). Jésus demandait cela à Philippe pour l’éprouver, «car lui savait ce qu’il allait faire»; il voulait voir si son disciple compterait sur sa puissance divine ou sur des ressources humaines. Un autre disciple, André, lui dit: «Il y a ici un petit garçon qui a cinq pains d’orge et deux poissons; mais qu’est-ce que cela pour tant de monde? » (v. 9). Philippe considère qu’une grande somme ne suffira pas et André constate l’inutilité des ressources dont ils disposaient. Ni l’un ni l’autre n’avait compris jusqu’ici que Jésus est venu dans ce monde à cause de l’incapacité de l’homme et de l’insuffisance de ses ressources. C’est ce que nous a déjà présenté le récit de l’infirme de Béthesda.

Nous avons une grande leçon pratique à tirer de ce récit. Lorsque nous nous trouvons en présence d’une difficulté, ne considérons-nous pas premièrement comme Philippe, que ce qu’il faudrait pour y faire face est hors de notre portée? Ou bien, comme André, nous comptons nos ressources insuffisantes, au lieu de dire au Seigneur comme Philippe aurait dû le faire: «Nous ne pouvons rien, mais toi, tu peux tout».

Une telle confiance honore le Seigneur, et il ne manque pas d’y répondre. Ainsi, quelle que soit l’importance des difficultés que nous rencontrons chaque jour sur notre chemin, ne comptons que sur lui pour y faire face. Il donnera à l’écolier le secours dont il a besoin pour accomplir ses devoirs, aussi bien qu’à une veuve le pain nécessaire pour une nombreuse famille. Il veut que notre attitude soit celle de gens qui attendent paisiblement, dans la confiance, son intervention, sans être agités, inquiets et doutant de lui, Jésus dit: «Faites asseoir les gens; (or il y avait beaucoup d’herbe en ce lieu-là). Les hommes donc s’assirent au nombre d’environ cinq mille».

Se représente-t-on une telle foule assise confortablement dans l’herbe, attendant du pain, mais sans aucune ressource apparente? Seul le Seigneur savait ce qu’il allait faire. Qu’il nous suffise de savoir que le Seigneur sait ce qu’il veut faire à notre égard, dans chacune de nos difficultés, et nous pourrons attendre son intervention dans le calme et la confiance. « Dans la tranquillité et dans la confiance sera votre force», est-il dit à Israël en Ésaïe 30:15. Et encore: «C’est une chose bonne qu’on attende, et dans le silence, le salut de l’Éternel» (Lamentations de Jérémie 3:26).

«Jésus prit les pains; et ayant rendu grâces, il les distribua à ceux qui étaient assis; de même aussi des poissons, autant qu’ils en voulaient» (v. 11). Le Seigneur lui-même distribue; dans les autres évangiles, ce sont les disciples, parce que l’enseignement y est différent; il s’agissait de leur faire comprendre leur responsabilité, en recevant eux-mêmes du Seigneur ce dont ils avaient besoin pour accomplir leur service, tandis que, dans l’évangile de Jean, on voit le Seigneur opérer toujours lui-même, divinement, au milieu de la ruine et de l’incapacité de l’homme. Les disciples n’interviennent sur son ordre que pour recueillir les restes dont ils remplissent douze paniers, infiniment plus que ce que les cinq pains pouvaient fournir. Nous pouvons remarquer que le Seigneur n’a pas créé les pains; il aurait pu le faire; mais il s’est servi de ce qu’avait le petit garçon. Cela nous enseigne que pour aller en avant dans nos difficultés, nous ne devons pas attendre d’avoir tout ce que nous estimons nécessaire, mais nous servir de ce que nous avons, si peu que ce soit, et le Seigneur, le même aujourd’hui qu’alors, saura multiplier ces ressources par les moyens qu’il trouvera à propos. Que son amour demeure sur nous comme notre espoir est dans son nom très saint !

Abbé Euloge AGBELEKPO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici