Nb 20, 1-13; Ps 94; Mt  16,13-23

Dédicace de la basilique Sainte-Marie majeure

En août 356 la Vierge apparaît au Pape Libère et lui demande de construire une église, qui lui sera dédiée, à l’endroit où il aura neigé durant la nuit. Le 5 août, au matin, une procession se dirige vers la colline de l’Esquilin indiquée par la Vierge pour y découvrir un espace recouvert de neige. Le Pape Libère construisit un premier édifice à cet emplacement. C’est cet évènement que l’Eglise nous propose aujourd’hui de célébrer.

Cette célébration de  dédicace nous donne l’occasion heureuse de contempler, de prier, et de nous une fois encore, à l’école de foi la Mère de Dieu. Oui, sa foi en l’amour et en la bonté de Dieu est grande plus que celle de tous les prophètes et envoyés de Dieu ; même plus que la foi de Moïse, qui pourtant voyait Dieu et lui parlait face à face. (1ere lecture). Marie est le modèle de de la foi et de l’humilité par excellence. Elle est «  celle qui a cru en l’accomplissement des choses qui lui furent dites de la part du Seigneur ». (Lc 1, 45)

Dans l’Evangile, au nom des Douze, Pierre proclamera lui aussi, sa foi en Jésus le Messie : Alors Simon-Pierre prit la parole et dit :
« Tu es le Christ,
le Fils du Dieu vivant ! »
    Prenant la parole à son tour, Jésus lui dit :
« Heureux es-tu, Simon fils de Yonas :
ce n’est pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela,
mais mon Père qui est aux cieux.
    Et moi, je te le déclare :
Tu es Pierre,
et sur cette pierre je bâtirai mon Église ;
et la puissance de la Mort ne l’emportera pas sur elle.
    Je te donnerai les clés du royaume des Cieux :
tout ce que tu auras lié sur la terre
sera lié dans les cieux,
et tout ce que tu auras délié sur la terre
sera délié dans les cieux.
»

Pierre est, non seulement acclamé par tous, mais aussi félicité et surtout récompensé par Jésus. Quel honneur ! J’imagine en cet instant précis, comment il a dû bomber sa poitrine et changer certainement sa démarche… Ça c’est la parole, le temps de la déclaration et du discours bien fait.

 Mais lorsque juste après, Jésus passe de la parole à l’action, le même Pierre change d’attitude. Il reprend Jésus et lui interdit de faire ce qu’il pense être juste et qui correspond à la volonté de son Père.

Le texte nous montre Jésus utilisant alors les mots les plus rudes pour reprocher à Pierre sa réaction à l’annonce des souffrances qu’il aura à endurer. Mais Pierre ne l’entend pas du tout de cette oreille-là. L’Évangile ne cache pas les grandes limites de Pierre et de ses compagnons ; au contraire, il montre combien ils ont trouvé difficile de comprendre le message de Jésus et de le suivre. L’action devient difficile après la Parole.

 Chacun de nous aussi a de ces moments de ‘faiblesse spirituelle’ : Lorsque les moments de joie et de gloire sont là, Jésus est SEIGNEUR, mais quand il s’agit des moments difficiles, il est LOSER. Il est bon ‘’ à régler ‘’ ou mieux à ‘’ gronder ‘’ comme un petit enfant capricieux… On le prend donc à part.

Il est facile de dire que de faire. Prions les uns pour les autres. Que le Seigneur nous accorde les grâces nécessaires, pour qu’après l’avoir proclamé le seul et unique Seigneur de notre vie, nous puissions vraiment répondre aux exigences qui sont inhérentes à nos divers engagements à sa suite.

 Les difficultés, nous en aurons ; elles sont presque inévitables: mais les joies qui nous attendent dépassent de loin ce que nous avons souffert. Le texte dit en effet : « Il fallait partir pour Jérusalem, souffrir beaucoup… et le troisième jour ressusciter. ». Que notre foi soit ferme dans les épreuves ! AMEN

Abbé Euloge AGBELEKPO, Vicaire à la quasi paroisse St Jean BOSCO (KANYIKOPE)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici