Jg 11, 39-39; Ps 39(40); Mt 22, 1-14

Bien aimés du Seigneur, tout comme la parabole des ouvriers de la 11eme heure, écoutée hier, celle que nous rapporte l’Evangile de ce jour, exprime davantage ce grand désir de Dieu d’introduire tous les hommes dans son bonheur.
Au cours des siècles, Dieu a toujours invité son peuple à entrer en alliance avec lui, afin de partager son amour et sa joie.

Cette invitation se traduit ici dans l’Evangile, par l’invitation d’un roi au repas de noces de son fils. Un repas où l’alliance est célébrée entre le fils et les invités. Oui Dieu invite l’humanité à célébrer son alliance en son Fils Jésus-Christ. Oui le bonheur de l’homme se trouve dans son union avec Dieu. Son épanouissement total, c’est la vie en Dieu. Voilà pourquoi Dieu ne cesse de nous adresser son invitation. Son appel à entrer dans sa joie et à nous unir à lui, nous parvient tous les jours.

Malheureusement, les hommes ont souvent répondu à cette invitation par l’indifférence, le mépris et le rejet. Ils sont restés enfermés dans leur monde, où la recherche du gain et du profit passe avant tout. Accrochés à leurs affaires, ils en viennent à prendre les envoyés du Seigneur, pour des obstacles à supprimer. Cependant, ces mépris et ces hostilités ne peuvent faire échouer le plan de Dieu. Le refus de quelques uns a permis d’ouvrir la porte à un plus grand nombre.

Si les premiers appelés, font la sourde oreille, les missionnaires du Christ iront sur les chemins du monde et aux carrefours pour rassembler dans sa maison tous les hommes de bonnes volonté. L’Eglise est cette nouvelle communauté au sein de la quelle Dieu nous rassemble, bons comme mauvais pour les noces de son Fils, l’Agneau dont le sang nous purifie de tout péché. Chacune de nos eucharisties est comme une annonce et même une anticipation de ce grand repas de noces. Les noces du Fils bien-aimé du Père, qui a donné sa vie pour l’humanité.

Cependant, il ne suffit pas d’être invité. Encore faut-il remplir quelques conditions. Changer de tenue, se revêtir d’un vêtement nouveau. Être en parfaite communion avec celui qui invite. Lui ressembler en tout point de vue.
Ce vêtement de noces, nous l’obtenons à travers notre baptême, à travers le sacrement de réconciliation, et à travers nos témoignages de vie.

Pour nous qui pensons répondre à l’invitation du Seigneur, faisons-nous vraiment de Dieu la priorité dans nos vies ?
Ensuite, sommes-nous vraiment sûrs d’être en tenue de noces ? Que dit notre vie dans le monde ?

Père Mathieu SEWOVI, Vicaire à la Paroisse Notre Dame de la Rédemption de Bè Klikamé

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici