Un menu secret…

0
126

Rm 8, 18 -25; Ps 125; Luc 13,18-21

D’abord, souffrance-gloire ; ensuite esclavage-libération; puis graine-arbre et enfin, levain-fermentation. Entre tous ces binômes, qui jonchent de part et d’autre les textes de ce jour, il y a le facteur temps. Celui de l’attente : non pas une attente vide et désespérée, mais bien entendu, une attente pleine d’espérance. Et c’est là le mot d’ordre. 

Oui, pour être sauvé, il faut pouvoir espérer. En effet, ce n’est pas par un tour de bâton magique que cela se fait et l’Apôtre le rappelle vivement dans la première lecture : « nous sommes sauvés, mais c’est en espérance ». C’est-à-dire qu’en réalité, c’est déjà fait. Nous sommes sauvés. C’est juste que nous ne le voyons pas encore. D’ailleurs, « le royaume de Dieu ne vient pas de manière à frapper les regards. On ne dira point : il est ici, ou : il est là. Car voici, le royaume de Dieu est au milieu de vous. ». (Lc 17, 20-21). C’est exactement cela le règne de Dieu. Quelque chose que l’on ne voit pas, et qui pourtant, est bel et bien là.

Par ailleurs, la comparaison de Jésus dans l’Evangile, ne peut pas être mieux. L’illustration est parfaite et la comparaison, idéale. Le menu qu’il propose pour comprendre ‘’ les mystère du royaume ‘’, est assez simple en ingrédients : Une poignée d’espérance, quelques cuillerées de persévérance et quelques gouttes d’arôme  de patience par moments, et le tour est joué. Essayons-le. Le résultat ne peut qu’être surprenant, car en réalité, c’est un secret que tous n’ont pas. Mais le Seigneur nous le donne à nous, parce qu’à nous : «  il a été donné de connaitre les mystères du royaume de Dieu ; mais pour les autres, cela leur est dit en paraboles ». (Lc 8). Donc, du moment où nous espérons avec patience et persévérance en vue de la réalisation complète de notre salut, nous ne serons pas déçus, surtout que « l’espérance ne déçoit jamais ». (Rm 5,5).

Frères et sœurs, le monde aujourd’hui, il est vrai, est impatient et ultra agité. Les hommes et les femmes de notre temps, veulent tout avoir, hic et nunc, par tous les moyens possibles, le plus facilement qui soit. Et malheureusement, ces comportements sont cause de beaucoup de maux : du stress à un niveau élevé, des maladies chroniques en augmentation, des morts subites de jeunes, pour ne citer que ceux-là…  Bléwu (Doucement) !!!

La question reste posée à chacun : suis-je vraiment patient dans mes contacts avec les autres? Suis-je persévérant dans les entreprises pour le bien, malgré les difficultés ? Comment est-ce que je cultive ou exerce la vertu d’espérance? Le monde a besoin de moi sur ces plans pour aller mieux. Je ferai désormais ma part avec la force de l’Esprit Saint et le secours de la Vierge Marie.

Demandons la grâce du vrai discernement au milieu de tout cela. Que le seigneur nous donne la grâce de choisir de vivre dans la foi et dans la sainte crainte de Dieu. Rappelons-nous les conseils de l’apôtre aux Romains qui nous rejoint aujourd’hui : « Réjouissez-vous dans l’espérance. Soyez patients dans l’affliction. Persévérez dans la prière » (Rm 12,12)

AMEN !

Abbé Eloge AGBELEKPO.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici