Le renoncement

0
145

Rm 13, 8-10; Ps 111 (112); Lc 14, 25-33

Bien-aimés,

Après notre méditation sur la béatitude éternelle et sur le mystère de la mort qui est un passage inévitable pour tout homme, le Christ nous fait revisiter une condition nécessaire pour notre salut. Un renoncement total pour un attachement total à Lui. « Si quelqu’un vient à Moi sans Me préférer à son père, sa mère, sa femme, ses enfants, ses frères et sœurs, et même sa propre vie… »

Nous savons bien que le Christ ne nous interdit pas d’aimer les nôtres. L’amour filial, l’amour conjugal, l’amour fraternel, sont sacrés. Mais l’amour de Dieu qui les traverse tous et les anime doit être plus grand. C’est cet amour vécu dans la vérité qui fera de nous des bienheureux, après notre vie terrestre.

Abbé Paul TAMEKLOE, vicaire à la paroisse Notre-Dame de la Miséricorde d’Attiégou II

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici