Entre être et paraître, dire et faire : notre relation aux autres

0
272

Bien-aimés frères et sœurs, loué soit Jésus-Christ!
La 5ième semaine du Temps Ordinaire de l’année liturgique A s’ouvre sur des textes qui nous invitent à impacter notre temps.  » Vous êtes « , affirme Jésus, pour nous rappeler notre identité de  » sel  » de la terre et  » lumière  » du monde (cf. Mt 5, 13-14) .

La terre, le monde, voilà notre espace habituel de vie sans lequel la vie elle-même ne serait pas possible. Mais si de fait, elle est possible, de quoi a-t-elle l’air ? Quelle saveur et quel éclat présente-t-elle ? Quoiqu’il en soit, il nous revient, à nous disciples du Christ, de nous comporter et d’agir de sorte que la vie sur terre et dans le monde soit assez savoureuse et lumineuse. Nous pouvons penser mille et une façons d’atteindre cet objectif, mais elles resteront humaines et vaines si nous n’adhérons pas au fait que le véritable agent de cette révolution est l’Esprit-Saint : « que votre foi repose, non pas sur la sagesse des hommes,
mais sur la puissance de Dieu » (1Co 2, 5) .

La voie royale qui nous est proposée, à cet effet, c’est de ne pas nous dérober à notre semblable, en partageant notre pain, en accueillant le pauvre, en couvrant le nu, d’une part et d’autre part, de nous opposer au mal, en faisant disparaître
le joug, le geste accusateur, la parole malfaisante etc. Oui, par le bien que nous ferons et le mal que nous combattrons, nous donnerons saveur à la terre et illuminerons le monde.

La récompense en est grande : « si tu appelles, le Seigneur répondra ; si tu cries, il dira : « Me voici » » (Is 58, 9) . Es-tu motivé ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici