Apprenons à prier dans la simplicité et l’audace !

1
492

« Si donc vous, qui êtes mauvais, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, combien plus votre Père qui est aux cieux donnera-t-il de bonnes choses à ceux qui les lui demandent ? » Dans l’Évangile de ce jour, Jésus nous exhorte à l’audace et à la confiance.

Nous gardons le même thème que dans l’Évangile de mardi où Jésus nous enseignait le « Notre Père ». il s’agit d’être simple dans la prière. Le Royaume de Dieu appartient à ceux qui ont une âme d’enfant. C’est par cette attitude que nous pouvons entrer dans une véritable prière avec notre Père. L’enfant qui demande a cette confiance et surtout cette audace de demander. Bien souvent pour demander quelque chose à Dieu, nous nous réfugions dans des prières toutes faites, des formules que nous pensons imparables. Et nous oublions que celui à qui nous nous adressons, notre Père. Ici permettez-moi de citer à nouveau Ste Thérèse de l’Enfant-Jésus :
 » Qu’elle est donc grande la puissance de la Prière ! On dirait une reine ayant à chaque instant libre accès auprès du roi et pouvant obtenir tout ce qu’elle demande. Il n’est point nécessaire pour être exaucée de lire dans un livre une belle formule composée pour la circonstance ; s’il en était ainsi… hélas ! que je serais à plaindre !… En dehors de l’office Divin que je suis bien indigne de réciter, je n’ai pas le courage de m’astreindre à chercher dans les livres de belles prières, cela me fait mal à la tête, il y en a tant !… et puis elles sont toutes plus belles les unes que les autres… Je ne saurais les réciter toutes et ne sachant laquelle choisir, je fais comme les enfants qui ne savent pas lire, je dis tout simplement au Bon Dieu ce que je veux lui dire, sans faire de belles phrases, et toujours Il me comprend… »


Dans ce passage, la petite sainte de Lisieux nous offre un exemple de simplicité exceptionnel. C’est simplicité que nous devrions redécouvrir au sein de ce carême. La prière est d’abord une conversation avec Dieu, avec un Père qui nous aime, avec Jésus nous sauveur. C’est là toute la révélation chrétienne. Dieu n’est pas un Dieu terrible, lointain, inaccessible. Il n’est pas un magicien ou un fétiche à qui nous devons donner une formule pour être exaucé. Les prières préparées sont là pour nous aider, pour nous porter dans la prière. Mais il faut que nous puissions apprendre à établir un lien de personnel avec Dieu qui sort de tout ritualisme, de tout ordre protocolaire. Nous pouvons être sûr qu’Il ne veut nous donner que de bonnes choses. Cependant et pour terminer, Jésus, sans protocole ou formule diplomatique, ajoute cette sentence : « Donc, tout ce que vous voudriez que les autres fassent pour vous, faites-le pour eux, vous aussi. ». Comme-ci notre prière, notre demande au Père était intimement liée à notre façon d’agir envers notre prochain. Nous ne pouvons pas penser que notre relation à Dieu exclue notre prochain au contraire il en fait partie.

Frère Charles Emmanuel, Congrégation Saint Jean Apôtre de Lomé

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici