« Si vous demeurez fidèles… La vérité vous rendra libres » (Jn8, 31)

0
258

Chers fidèles serviteurs et servantes de Dieu, loué soit Jésus !

« Si vous ne lui faites pas adoration, vous serez incontinent jetés dans la fournaise de feu ardent ; et quel est le dieu qui vous délivrerait de ma main ? » (Dn 3,15). C’est par ses propos terrifiants que le roi Nabuchodonosor impose l’idolâtrie à Shadrak, Meshak, et Abdénago. Nous le disons « le vin est tiré, il faut le boire ». Par son autorité royale, Nabuchodonosor force le peuple à désobéir à Dieu. Cette attitude nous renvoie au fondement et à l’exercice de notre autorité-service. Tous, nous avons un insignifiant pourvoir qui nous fait » péter plus haut que notre cul » et qui malheureusement entraîne au scandale.

L’idolâtrie, en effet, se résume à L’adoration des créatures, le refus de rendre à Dieu l’hommage qui lui est dû par un culte intérieur (âme), un culte extérieur (geste, corps…) et un culte public (église). Ainsi, de l’idolâtrie découlent, le sacrilège, la superstition, l’indifférence et l’impiété. Malgré la menace de mort, les trois jeunes braves défient le pouvoir royal. Suis-je moi aussi tenace chrétiennement ? Ne suis-je pas le premier qui abandonne ma foi au détriment de certains intérêts vaniteux (argent, sexe, pouvoir maladie…) ? Face à pandémie, suis toujours accroché à Dieu et à Dieu seul. Ces trois jeunes nous montrent leur degré de fidélité à Dieu et à ses commandements. Une fidélité qui a toujours payé. Le Christ, lui même le rappelle dans l’évangile de ce jour en ces termes « si vous demeurez fidèles… La vérité vous rendra libres » (Jn8, 31). De ce fait, « adorer Dieu »ne tire que sa force dans la fidélité. Chacun de nous a une idole qui le sépare peu à peu ou l’a une fois écarté de Dieu. Par ce premier commandement, Dieu manifeste sa jalousie amoureuse ou son amour jaloux de nous sentir proche de lui. Ce que Ste Jeanne d’Arc traduit par « Dieu premier servi ! »

PRIONS :

Dieu Sabaoth, en ces moments de crise sanitaire, oriente-nous vers ton bon vouloir, pardonne-nous, et reçois nos vœux d’abandon.  Amen.

 » Je m’abandonne à toi, oh Jésus, Je m’en remets à toi, oh Jésus, Je ne désire rien, que d’être entre tes mains, que d’être auprès de toi.

Abbé Elpidio Daniel EKUE, Vicaire à la Cathédrale Sacré-Cœur de Jésus de Lomé

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici