Jésus-Christ : le Maître que nous sommes appelés à imiter

0
372

Les textes du Jeudi saint nous rappellent que la Pâque est un repas de voyageurs en route vers la terre où vivre libre (Ex 12, 1- 8.11-14). Le Jeudi saint nous rappelle que Jésus nous invite, non seulement à renouveler l’acte eucharistique, mais aussi à nous aimer comme lui jusqu’à être livré entre les mains du Père et celles des hommes. C’est aussi la nuit où Jésus, après s’être levé de table, dépose son vêtement, se mis à laver les pieds des disciples (Jn 13, 1-15). Malheureusement, ce n’est pas possible de représenter, aujourd’hui, ce geste symbolique pendant la célébration eucharistique à cause de la pandémie, mais cela ne nous empêche pas de méditer sur le sens que cela pouvait avoir pour nous aujourd’hui. C’est d’ailleurs la chose la plus importe : comprendre le sens que Jésus donne à ce qu’il a fait.

En se levant de table et en déposant son vêtement, Jésus nous enseigne qu’aucun service n’est possible que lorsque l’on s’abaisse. En se levant de table, il quitte son rang de Maître et Seigneur pour se faire semblable aux disciples. De plus, en déposant son vêtement, symbole de gloire, il se dépouille de lui-même. Ainsi pour dire qu’on ne peut servir l’autre que grâce à un abaissement total et un dépouillement de soi. Pour honorer les autres, il faut donc s’abaisser. En lavant les pieds de ses disciples, Jésus leur rend un humble service, celui que l’esclave rendait à son maître. Cette tâche ingrate était de coutume réservée aux esclaves. Pierre a donc raison de refuser à ce que son Maître se fasse esclave pour lui. C’est une réaction normale et naturelle. Ainsi faisant, Pierre ignore qu’il s’agissait d’une purification décisive et complète qui rend possible la relation avec Jésus. Le renouvellement de ce geste symbolique nous rappelle que nous sommes invités à une purification régulière afin de maintenir toujours vivante cette relation avec le Seigneur.

Il s’agit aussi d’un signe d’amour pour ses disciples. Avec un respect immense, avec amour et tendresse, Jésus a du toucher les pieds de chacun de ses disciples. De par ce geste il montre qu’il est le maître par excellence qui exerce son autorité dans le service de l’autre, dans l’amour et la tendresse. C’est celui-là que nous sommes appelés à imiter.

Père Martin Davakan, O.S.A, Supérieur de l’Ordre de Saint Augustin au Togo, couvent Sainte Rita Lomé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici