Que faisons-nous d’extraordinaire à la suite du Christ?

0
291

Frères et soeurs en Christ, l’histoire du roi Acab et de sa femme Jézabel qui tuèrent méchamment Naboth hier continue. Dieu envoie le prophète Elie à Acab pour lui révéler son crime, son péché. Acab a reconnu son péché et s’engage sur un chemin de repentance. En effet, l’humilité d’Acab, c’est-à-dire sa pleine conscience et contrition intérieure d’avoir déshonoré Dieu plut à Dieu. Dieu lui montre, par le prophète Élie, le visage misericordieux de sa paternité.

Oui, frères et soeurs, seule la contemplation sincère de la paternité misericordieuse de Dieu peut nous aider à nous engager véritablement sur le chemin de l’amour du prochain qu’évoque en grands traits l’Evangile du jour.Qui d’entre nous peut tout aisément, sans motion intérieure de l’Esprit du Seigneur, courir après celui qui le déteste à mort? Celui qui n’aime pas le sentir? Celui qui passe par tous les moyens pour le détruire sur tous les plans? Ce n’est pas facile, avouons-le clairement.Si Jésus nous invite à dépasser l’aspect élémentaire et l’etroitesse basique de l’amour purement humain, c’est qu’il nous assure déjà de la prévenance de sa grâce pour nous y aider.

Qu’avons-nous a faire de si extraordinaire à la suite de Jésus-Christ? L’extraordinaire n’est pas le sensationnel, le phénoménal, le gigantesque, le hors-pair: il s’agit d’entrer au quotidien de façon simple dans la dynamique de la perfection de l’amour dans laquelle le Christ nous introduits. Le pape émérite Benoit XVI, dans son Exhortation Apostolique « Sacramentum Caritatis « (Sacrement de l’amour) au numéro 86 traduit si bien cela : « Celui qui ne communique pas la vérité de l’Amour à son frère n’a pas encore donné assez « .

Seigneur, foyer brûlant de charité, remplis-nous de tes grâces, afin que notre amour pour nos frères et soeurs soit désintéressé et vrai. Amen.

Abbé Joseph DOGBE (diacre)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici