Le commandement le plus grand

0
193

L’originalité de Jésus, c’est qu’il met ces deux commandements sur le même plan. Pour lui, il n’y a pas deux amours, mais un seul. L’attitude que nous avons pour le prochain vérifie l’attitude que nous avons envers Dieu. C’est dans cette nouvelle formule qu’aboutit tout le passé d’Israël, la Loi et les prophètes. La nouvelle alliance n’aura pas d’autre loi que cette exigence : vivre l’amour manifesté en Jésus.

Lorsque Matthieu écrit son évangile, les communautés chrétiennes étaient confrontées aux communautés juives qu’animaient les pharisiens et docteurs de la loi, pensant qu’il fallait appliquer la Loi, parce que c’était « la Loi ». Matthieu souligne que l’appel à l’amour est le cœur de la nouvelle alliance réalisée en Jésus. Et devant les chrétiens, tenté peut-être d’en être quitte avec Dieu en observant les commandements, il montre un horizon vers lequel il faut toujours se remettre en route : « aimer ».

Encore une fois de plus Jésus nous surprend, il n’a pas répondu au niveau où on l’interrogeait, alors qu’on lui demandait une seule réponse. Il répond « deux qui ne sont qu’un » et il balaie tout le reste.

Et il y en a qui, chaque jour, dans leur voisinage de proximité et tournés vers les besoins criants du monde, inventent l’amour. Ils savent que Jésus se présente à eux sur les visages de ceux qui ont faim, qui pleurent, qui souffrent l’injustice. Dieu à travers ces visages humains mendie l’amour. L’amour doit changer notre monde, notre pays, qui est plein de haine, d’injustices. L’amour redonne vie, il change le regard sur l’autre, donne un nouvel élan pour franchir les obstacles. Pour aider quelqu’un à changer il faut lui témoigner plus d’amour.

Suis-je quelqu’un qui dit aimer Dieu tout en méprisant certaines personnes de mon entourage ? Le mépris peut s’étendre à des gens que l’on ne connaît pas, et même à d’autres qui habitent à l’autre bout du monde. L’amour de Dieu passe impérativement par l’amour du prochain, une donation à l’autre.

Prions : Seigneur Jésus, aide-moi à sonder mon cœur et à voir où j’en suis dans l’application de ce « grand commandement ».

Abbé Guy TSEVI, Paroisse Notre Dame du Mono Tohoun (Togo)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici