Appelés à être des disciples remplis de charité

1
310

Vendredi 06 novembre 2020

  • Lecture : Ph 3, 17 – 4, 1
  • Psaume 121 (122), 1-2, 3-4ab, 4cd-5
  • Évangile : Lc 16, 1-8

Frères et sœurs bien-aimés en Jésus christ,

L’Amour et la Bonté infinie de notre Dieu nous accorde encore ce jour. Bénissons-Le et adorons-Le. Que sa paix, sa joie, sa force et sa vie soient sur chacun de nous en surabondance et qu’Il ouvre, ce matin, nos yeux intérieurs pour Le contempler dans le visage de nos frères et sœurs. Qu’Il prononce « Ephata » sur les « oreilles » de nos cœurs qui résistent à sa Parole et aux sollicitations de nos frères et sœurs.

Avec le Psalmiste nous professons notre joie et notre gratitude d’être avec le Seigneur, d’être dans la « Jérusalem », la Nouvelle, qui est l’Eglise, Corps du Christ dont Il est la Tête. Saint Augustin en méditant sur ce grand mystère de notre foi qui est l’Eglise la désigne : « Le Christ Total » Oui, « Quelle joie quand on m’a dit : « Nous irons à la maison du Seigneur ! » Maintenant notre marche prend fin devant tes portes, Jérusalem ».

Frères et sœurs, notons bien que le Psalmiste ne dis pas « Quelle joie quand on m’a dit : « J’irai à la maison du Seigneur » mais « nous irons… ». La Maison de Dieu c’est le Temple à Jérusalem. Ici, c’est la joie de la rencontre du pèlerin avec son Seigneur. Le Temple c’est Dieu lui-même qui se fait chair et qui habite avec nous et en nous, faisant ainsi de nous des temples du Dieu vivant. Rappelons-nous ce beau refrain de Lucien DEISS: « voici la demeure de Dieu parmi les hommes ! Ils seront son peuple  et « Dieu-avec-eux » sera leur Dieu ! ». Deux interpellations jaillissent : Qu’as-tu fais du temple et de la Jérusalem qui sont respectivement ta vie et l’Eglise ? Avec quelle joie accueilles-tu ta vie malgré les peines, les souffrances, les épreuves et les croix de chaque, en tant que pèlerin, dans la diaconie (le service) de tes frères et sœurs ?

La grande tristesse de nos vies peut provenir du fait que nous nous croyons seuls et abandonnés dans les vicissitudes de ce monde. Nous oublions que le Seigneur et l’Eglise marchent avec nous et que « le nous » source de joie doit prendre le dessus sur « le je blessé» de notre égocentrique qui nous empêche de marcher joyeusement de cette Jérusalem vers celle céleste que le Christ a déjà installée dans notre monde et dans le cœur de chacun de nous. En effet, le dimanche des rameaux 2013, le Pape François nous disait : «Ne soyez jamais des hommes, des femmes tristes: un chrétien ne peut jamais l’être! Ne vous laissez jamais prendre par le découragement! Notre joie n’est pas une joie qui naît du fait de posséder de nombreuses choses, mais du fait d’avoir rencontré une Personne: Jésus, du fait de savoir qu’avec lui nous ne sommes jamais seuls, même dans les moments difficiles (…) et il y en a tant! Nous accompagnons, nous suivons Jésus, mais surtout nous savons que Lui nous accompagne et nous met sur ses épaules: ici se trouve notre joie, l’espérance que nous devons porter dans notre monde. Portons à tous la joie de la foi!». Et si notre tristesse venait aussi de notre « pathologie du consumérisme » qui fixe notre attention sur ce qui nous manque au lieu de rendre grâce pour ce que nous sommes et ce que nous avons en le partageant en toute modestie ?

Dans l’épitre aux Philippiens  que la sainte Mère l’Eglise continue de nous offrir pour notre édification et notre salut, l’Apôtre des nations, en larmes, nous met en garde contre l’idolâtrie sournoise et gravissime qui consiste à se laisser posséder par « Mammon », la divinité de l’avoir et de l’argent. Il écrit : « et maintenant je le redis en pleurant : beaucoup de gens se conduisent en ennemis de la croix du Christ. Ils vont à leur perte. Leur dieu, c’est leur ventre, et ils mettent leur gloire dans ce qui fait leur honte ; ils ne pensent qu’aux choses de la terre. ». Demandons la grâce d’être des disciples du Christ c’est-à-dire des baptisés libérés et libres de tout esclavage (cf. Ga 5,1-2). Les conflits familiaux, les divisons, les dictatures, les violations des droits humains, le fait d’être accroché à nos portions de pouvoir ou d’autorité, jusqu’en en faire une question de vie ou de mort, les ambitions démesurées et la grave illusion d’être tout puissant et immortel en étant arrogant, méchant et sanguinaire…, tout cela trouve sa source dans l’esclavage de l’argent, du pouvoir, des plaisirs, des honneurs…, choses dont le Christ nous a libérées. Car, nous enseigne saint Paul : « nous avons notre citoyenneté dans les cieux; d’où nous attendons comme sauveur le Seigneur Jésus Christ, lui qui transformera nos pauvres corps à l’image de son corps glorieux ». Nous l’avons souvent et facilement oublié pour brandir notre catholicité comme des gallons ou des diplômes ou encore comme un objet décoratif de musée. Alors que chacun est un « alter Christus », un autre Christ, ici et maintenant, appelé à témoigner, à être lumineux et à fleurir là où le Seigneur nous a semés.

Dans l’Evangile, Jésus conclut la parabole du gérant malhonnête en ces termes: « Le maître fit l’éloge de ce gérant malhonnête car il avait agi avec habileté ; en effet, les fils de ce monde sont plus habiles entre eux que les fils de la lumière. ». Jésus fait ce constat amère, ses disciples, fils et filles de Lumière, manquent d’habileté, entendez, ils manquent de discernement pour être généreux et partager même un bien volé ou mal acquis. Jésus ne fait pas l’éloge de la malhonnêteté mais il dit : si un enfant qui est dans la logique du monde a pu faire cela, toi et moi nous devons retenir que nous sommes appelés à partager nos talents, notre temps, notre argents, nos biens, bref ce que nous sommes et ce que nous avons.

Etre chrétien c’est être l’incarnation de la Charité (Agapè) partout et en toute situation : spirituelle, morale, matérielle… A juste titre donc, Saint Luigi Scrosoppi disait : « Charité, Charité, Charité, sauver les âmes, les sauver par la Charité ». Servons Dieu en aimant beaucoup nos frères et sœurs malgré leurs défauts voire leurs trahisons…

P. Pierre Marie Chanel AFFOGNON

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici