Que tout se passe pour vous selon votre foi !

0
393

1ère Lecture : Is 29, 17-24

Psaume : Ps 26 (27), 1, 4abcd, 13-14

Evangile : Mt 9, 27-31

Bien-aimés,

L’évangile de ce jour, met en scène deux aveugles qui suivirent Jésus, sur sa route, en poussant des cris : « Prends pitié de nous, fils de David ! » L’on pourrait assimiler ces deux aveugles qui attendaient du Messie, Jésus,  le recouvrement de la vue, à toutes ces personnes, hommes et femmes, vieillards et enfants, qui attendent de Dieu, la solution à un problème, la réponse à une question, la satisfaction à un besoin. Nous sommes tous des aveugles et  mendions par des cris aussi audibles que silencieux les grâces divines. Homme, tu es un pauvre qui doit tout mendier à Dieu, disait, à ce propos, le Saint Curé d’Ars.

Tant qu’il est sur la route, Jésus semble insensible aux cris de ces deux malheureux.  Mais eux, loin de se décourager, l’ont poursuivi de leurs cris jusqu’à ce qu’il daigne se tourner vers eux. Il y a là, une leçon pour tous ceux qui prient. La prière est souvent une épreuve de persévérance. Nous demandons des choses mais Dieu semble ne pas écouter nos gémissements. L’attitude des deux aveugles nous enseigne qu’en pareille situation, nous devons continuer de crier et d’espérer jusqu’à ce que nous soyons exaucés. Le bon Dieu aime qu’on l’importune. Et l’espérance ne trompe pas (Rm5, 5).

Persévérer dans la prière, c’est attendre de Dieu la réalisation de nos projets mais, c’est surtout croire qu’il est le seul capable de répondre à nos attentes et de combler nos désirs. Quand Dieu nous fait attendre avant de répondre à nos prières, il nous aide à purifier notre foi et à la faire croitre.  Si nous avions une foi aussi grande qu’une graine de sénevé, nous dirions à ce sycomore déracine toi, et plante-toi dans la mer, et il nous obéirait (Lc17, 6).

La foi, c’est la certitude que Dieu peut faire ce que nous lui demandons. Souvent, dans nos prières, nous demandons des choses à Dieu, sans toutefois croire qu’il pourra nous exaucer. La prière de demande, d’après Rahner, implique deux choses : avoir la certitude d’être exaucé et renoncer sans équivoque à être exaucé en fonction de son propre plan. Seigneur augmente en nous la foi. Nous en avons plus que besoin. Bonne marche vers Noël.

P. Darius Anoumou ADJANGBA, Formateur au Petit séminaire Saint Pie X d’Agoè-Nyivé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici