Cours sans te lasser !

0
283

Dans l’évangile d’aujourd’hui, Jésus invite ses auditeurs à devenir ses disciples. A la différence des rabbins, il ne les accable pas sous le poids d’observance minutieuse. Il ne veut pas du légalisme, mais plutôt la manifestation d’une liberté intérieure éclairée par la volonté de Dieu. C’est pourquoi il offre sa personne elle-même à notre imitation. Pour se faire, il est primordial de renoncer ou de se libérer de tout ce qui constitue un poids pour nous.

« Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos ». Ce verset porte parfois à confusion. Jésus en se portant garant de nous libérer de nos fardeaux (poids, problèmes, maladies) ne s’offre pas en magicien. Il veut plutôt  que nous soyons des responsables ; des personnes engagées à combattre le mal sous toutes ses formes. Souvent nous avons tendance à croire que si nous venons à Jésus avec tous nos fardeaux, toutes nos souffrances disparaitront. C’est le désespoir qui s’installe lorsque cela ne se produit pas. Certains mêmes vont jusqu’à changer de paroisse, d’église, de religions, voire abandonner le chemin de la foi. Les Israélites attendaient aussi un Messie tout puissant qui mettrait fin à la souffrance. Leur déception était alors grande lorsqu’ils ont entendu Jésus prédire sa propre mort à la croix. C’est inadmissible ! C’est comme si Jésus, le Messie, cédait devant la souffrance, devant la mort. Nombreux étaient les fans de Jésus qui l’ont abandonné, voire devenu ses ennemis. Ils ont perdu toute confiance en Jésus parce qu’il ne cadrait plus dans les images qui se sont faites du Messie.

Chers frères et sœurs, notre foi en Dieu ne nous évite pas les problèmes. Cependant, elle nous donne la grâce de vivre heureux même dans la souffrance. Il n’est pas impossible à Jésus d’enlever nos fardeaux. Cependant, il ne veut pas faire de nous des paresseux. Il veut nous inscrire dans son école de souffrance. Dans la souffrance, il a appris à obéir à Dieu et il a vaincu la souffrance. La souffrance n’a pas eu raison de lui. De même, il veut nous aider à porter nos fardeaux. Car il sait que le chemin sur lequel il nous appelle est un chemin périlleux. Il ne nous demande qu’une seule chose et nous le répète encore maintenant: « faites-moi confiance et laissez-moi vous conduire ».   

Cher frère, chère sœur, Jésus t’a promis le repos, pourvu que tu viennes jusqu’à lui. En lui, tu trouveras la grâce d’accueillir tout avec joie.  Mais il faut que tu te libères ; il faut que tu te décharges de tout ce qui pèse sur toi. Et alors, cours sans te lasser à la suite de Jésus-Christ. Lui seul se chargera de te donner de nouvelles forces et tu trouveras du repos pour ton âme. Le réconfort que Jésus veut t’offrir n’est pas seulement un soulagement psychologique, mais le vrai bonheur malgré tes problèmes. Essaie d’aller à sa suite sans te fatiguer et tu verras de plus belles choses.

Père Martin DAVAKAN

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici