S’étant repenti, il y a alla

0
463

Le passage évangélique de ce mardi de la 3e semaine de l’Avent (Mt 21, 28-32) nous présente deux fils inconstants dans leurs réponses à l’invitation de leur père à aller travailler dans sa vigne. Du premier fils qui, de prime abord, a refusé d’exécuter l’ordre du père il est dit : S’étant repenti il y a alla.

Frères et sœurs, le changement, ou mieux la conversion, commence par la prise de conscience et le regret de son péché. Et, de la qualité de notre regret, dépend la portée de notre changement, la sincérité de notre conversion. Avons-nous un réel regret de nos péchés avant de les confesser ? Avons-nous encore un sens aigu de nos péchés ou cherchons-nous plutôt à les justifier ?Cet examen de conscience, le deuxième fils – à qui nous ressemblons si bien – n’a pas su le faire par rapport à son oui initial.

Alors, saisissons ce temps de l’Avent pour réfléchir sur notre posture par rapport à nos engagements pris à l’occasion de la réception des sacrements ou des responsabilités dans l’Église ou encore dans le cadre de notre profession.
Laissons-nous interpeller en toutes circonstances par notre conscience chrétienne pour opérer les changements qui s’imposent !

Père Jean Baptiste TAKOUMA, Vicaire à la paroisse Saint François-Xavier de Badou (Diocèse d’Atakpamé)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici