Vos pensées ne sont pas mes pensées, et mes chemins ne sont pas les vôtres

0
369

Dans quelques heures, ce sera la célébration de la nuit où nous commémorons l’entrée de Dieu dans l’histoire humaine : le mystère de l’incarnation. Les textes liturgiques de l’Eucharistie de ce jour reprennent en première lecture celle du dimanche passé et nous propose le cantique très politique du prêtre Zacharie. Quels messages actuels pour nous ?

La nouvelle maison de David

Je nous propose de reprendre si possible le commentaire fait au sujet de cette première lecture dans la méditation du dimanche passé sur notre page. Néanmoins j’ajoute les lignes qui suivent. La promesse de Dieu vise d’abord Salomon, fils et successeur de David, mais elle s’étend à ceux qui viendront après lui. La promesse semblera mise en échec quand le royaume de David sera détruit quatre siècles plus tard. Néanmoins c’est Jésus, un des descendants de David, qui accomplira beaucoup plus tard ce que Nathan avait annoncé. Dans l’évangile Jésus sera appelé plusieurs fois Fils de David (Marc 12.35). Cette prophétie de Nathan est une des premières et une des plus belles annonces de la venue du Messie, fils de David (voir Luc 1.32). Jésus réalisera pleinement en sa personne ce qui était seulement esquissé en la personne de David. C’est là que le psaume du jour prend encore tout son sens : «Ton amour, Seigneur, dans fin je le chanteAvec mon élu, j’ai fait une alliance, j’ai juré à David, mon serviteur : J’établirai ta dynastie pour toujours, je te bâtis un trône pour la suite des âges…. » (Ps 88(89)). Avec Lui, le peuple de Dieu devient l’ensemble des croyants qui trouvent dans la Parole de Dieu, une Vie idéale et un moyen inouï de vivre et de changer la face de la terre.

L’incarnation de l’astre d’en-Haut, Soleil de justice.

L’Avent en Israël depuis les temps immémoriaux est entendu comme le moment de l’intervention vengeresse de Dieu dans la vie de son peuple pour lui réacquérir son autonomie. C’est une espérance toujours relancée autant que sa liberté est menacée ou spoliée. C’est dire autrement que la promesse de Yahvé d’assurer la royauté de la maison de David, sa dynastie anime les cœurs, qu’elle ne disparaitra jamais puisque c’est l’oracle du Seigneur.  Zacharie comme le vieux Siméon pensaient donc que son fils Jean dans l’esprit du prophète Elie réalise le temps du fondeur, de purification, le temps précédant le jour grand et redoutable du Seigneur : l’entrée solennelle et frontale du messie qui libère son peuple  à l’image de l’appel de Londres du général de Gaulle. Cette attente qui décrit celle de tout peuple opprimé à la surface de la terre fait toujours imaginer un messie politique. Plus tard, et Zacharie et son Fils devraient se convertir à titre posthume puisque Jésus a pris une option pacifiste et de miséricorde. L’astre d’en haut, le soleil nouveau qui brille annonce une manière de gestion des crises socio-politiques basée sur le pardon, la justice, la réconciliation et l’Amour.au détriment de choix de la vengeance  tant prédit et plébiscité : c’est au fond la mort de l’orgueil et l’invitation à l’humanisation des instincts.

Laissons-nous améliorer

Le temps de l’Avent pour nous aujourd’hui, c’est de rentrer dans la perspective de Dieu, c’est travailler avec l’Esprit de Dieu à  la construction d’un monde nouveau et d’une terre nouvelle à partir de l’idéal de Dieu, personnellement et communautairement. Il faut en être convaincu, il faut y adhérer et il faut le mettre en pratique. C’est une petite semence qui portera du fruit ou fera de l’ombrage avec le temps. Joyeux Noël dans notre cœur et autour de nous même au cœur de la covid 19.

Proposée par l’Abbé Jean Baptiste Komlan LABADEH, (Clergé diocésain de Lomé)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici