Découvrir son identité profonde en Dieu cette année !

0
250

1 Jn 2, 22-28 / Ps 97(98), 1, 2-3ab, 3cd-4 / Jn 1, 19-28

Accueillir le Christ, le faire naître en nous, n’est pas un événement automatique et naturel. Distraits et accablés par mille choses à faire, abasourdis par une réalité qui nous engloutit, tentés par le narcissisme ambiant et dominant, nous courons le risque concret d’être parmi ceux qui, en ce temps de Noël, n’ont même pas remarqué la naissance de Dieu. Pour que ce Noël fasse renaître en nous le désir de Dieu, Jean Baptiste nous montre le chemin pour rencontrer Dieu : dans une authenticité absolue. Seul notre vrai « je » rencontre le vrai Dieu, Jean ne se prend pas pour Dieu, il ne monte pas la tête, il ne pense pas être un Messie. Les années désertiques l’ont profondément marqué, ramené à l’essentiel. De même ces temps de pandémie doivent nous ramener à l’essentiel.

Jean pourrait se proclamer comme tel, la foule l’attend et le croit. Mais il ne le fait pas. Il sait qu’il n’est pas le Messie et qu’il l’attend, lui-même comme les autres. Où commence le témoignage de Jean ? De dire tout d’abord qui il n’est pas. Il n’est pas le prophète à venir. Ce n’est pas Elie. Il n’est pas le Christ de Dieu, il n’est qu’un témoin. C’est sa vérité. Il sait qu’il est une « voix » qui vibre avec une Parole qui n’est pas la sienne.

Le premier témoignage donné par Jean à Jésus est sur l’affirmation de son origine. Il vient d’un homme et d’une femme, même s’il est rempli du Saint-Esprit. Il vient de la chair et de la terre. C’est juste un homme. Rien de plus. Sans l’affirmation de cette vérité première, il n’y a pas de vérité. L’homme aussi est devenu Dieu, il ne peut pas témoigner en faveur de la vérité. Jean est un homme et il reste un homme. Il peut témoigner de la vérité. Telle est la source, la source de toute erreur religieuse. C’est le fruit de tous ces hommes qui ne sont que des hommes et qui se sont proclamés sauveurs et rédempteurs et continuent encore à se proclamer ou à être proclamés rédempteurs et sauveurs, alors qu’un seul est le Rédempteur et un seul est le Sauveur : Dieu. Prendre la place de Dieu par un homme est le plus grand mensonge. Quiconque se trompe est un trompeur du monde.

Que sommes-nous ? Que dit-on de nous ? Quoiqu’on en dise, ce n’est qu’en Dieu que nous pouvons découvrir notre identité profonde …

Abbé AKLADJE Georges, Petit Séminaire Saint Pie X d’Agoè-Nyivé

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici