Sérénité fragile…

0
349

1J 3, 22 – 4, 6 / Ps 2 / Mt 4, 12-17. 23-25

Jean-Baptiste vient d’être emprisonné à cause de la vérité, Jésus le suivra à cause de son message : « Convertissez-vous, car le Royaume des cieux est tout proche », un message qui pique les tympans du monde. La radicalité évangélique ne souffre d’aucun compromis ni d’aucune compromission avec l’esprit du monde. De la même manière que tu ne peux couper une viande qui t’est interdite avec la dent, il ne saurait y avoir de juste milieu entre l’esprit de la vérité et celui de l’erreur. Quel langage utilises-tu donc ? Celui du monde ou celui de la foi et de l’amour du prochain ?

Sérénité de pacotille que de croire que le monde te fait bon accueil parce que tu édulcores le message évangélique pour être, avec lui, au même diapason et pouvoir te fondre, sans égratignure, dans la masse au risque d’essuyer des railleries. Au discernement des esprits, de quel esprit te réclameras-tu ? Le critère de discernement, saint Jean nous le donne : l’acceptation du mystère de l’Incarnation proclamé dans la foi. Oui, ce mystère porte en lui les germes de notre salut, parce que devant la grotte de Bethléem se trouve déjà plantée la croix. Attention donc aux marchands de bonheur des débuts d’année. Ils ont la recette du bonheur, c’est bien, qu’ils veuillent bien en faire usage pour leur propre compte. Quant à nous, enracinons-nous solidement sur le Christ de qui nous tenons la grâce de la conversion, la guérison et la sérénité véritables.

 P. Charles FOMA, vicaire à Sévagan (Diocèse d’Aného)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici