Sous le feu des projecteurs…

0
284

1Jn 5, 5-13 / Ps 147 / Lc 5, 12-16

« Mais lui se retirait dans les endroits déserts et il priait » (Lc 5, 16). Jésus vient d’opérer un miracle et, contre toute attente, il préfère l’effacement et la prière aux honneurs et aux protocoles de reconnaissance. Il existe aujourd’hui encore des bienfaiteurs ayant les mêmes sentiments ; qui préfèrent l’anonymat et la reconnaissance du Père des pauvres lui-même aux remerciements interminables. « Que ta main gauche ignore ce que donne ta main droite » (Mt 6, 3). Ne conditionne pas ta générosité par la gratitude ou l’ingratitude du bénéficiaire.

 Fais le bien à temps et à contretemps. Ta vie sera alors un témoignage. Témoignage à travers la vie de ceux que tu réhabilites, ceux à qui tu redonnes le goût de vivre, ceux dont tu restaures la dignité. Le témoignage du Christ se trouve non pas dans les admirations et les acclamations des foules, mais dans l’eau et le sang. Un témoignage qui se comprend par une vie vécue dans l’Esprit : le Christ glorieux du Jourdain (l’eau) et l’homme crucifié de Golgotha (le sang). A la croix, son cœur ouvert laisse jaillir ces deux éléments qui sont le symbole et le prolongement de sa mission salvifique. Le témoignage de l’Homme-Dieu se trouve dans la pérennisation de sa mission qui est de sauver tous les hommes et tout l’homme.

Quel effet cherches-tu à produire en voulant que tout le monde sache que telle œuvre de charité vient de toi ? Quel effet cherches-tu à produire en honnissant ce nécessiteux qui ne t’a pas dit merci ? Quel est ton but en voulant immortaliser sur les réseaux sociaux tes gestes de générosité de ces moments de fête ?

P. Charles FOMA, vicaire à Sévagan (Diocèse d’Aného)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici