Dieu est Fidèle

2
282

Chers abonnés de la page allégresse, après les festivités de Noël, nous voici dans le temps ordinaire. L’ordinaire, comme nous le savons, draine une certaine habitude, une monotonie. Et comme c’est frustrant de vivre dans l’ordinaire ! Nous préférons volontiers l’extraordinaire. N’est-ce pas un moyen pour sortir, briser avec la routine. De l’ordinaire à l’extraordinaire, la petite Thérèse a su trouver une leçon de vie de sainteté. Pour elle, la sainteté ne consiste pas à faire des choses extraordinaires mais à faire de façon extraordinaire les tâches ordinaires. Ne cherchons donc pas à sortir du temps ordinaire, mais remplissons-le et vivons-le en présence de l’Emmanuel.

Alors je vous propose une méditation de la lettre aux Hébreux que nous écouterons en première lecture durant les quatre premières semaines de ce temps. Mais avant, permettez-moi de nous présenter brièvement cette lettre. Il s’agit plutôt d’un traité que d’une lettre au sens habituel de ce terme. On a d’ailleurs coutume de dire que la lettre aux Hébreux n’est pas une lettre et qu’elle ne concerne pas les Hébreux ! Comment la caractériser ? Il s’agit d’une réflexion sans doute adressée aux juifs devenus chrétiens et qui regrettent le temps des prêtres et des belles liturgies du Temple qui faisaient la joie de tous ceux qui venaient offrir des sacrifices et prier. La lettre s’efforce de montrer qu’il n’existe qu’un seul prêtre, Jésus, et que le vrai temple est celui du Ciel. L’heure n’est plus à la multiplication des sacrifices animaux, aux liturgies des prêtres juifs. Tout cela a été accompli en une seule fois par le sacrifice du Christ sur la croix.

Venons à présent au texte de ce jour. Dans le mystère de l’Incarnation, la parole de Dieu a pris chair. En prenant chair, elle est nommée Jésus Christ. Si la Parole est éternelle, Jésus Christ par contre est temporel. Jésus n’existait pas à la création. La Parole, elle autre existait déjà à la création puisque c’est par elle que tout fut créé. (cf. Jn1,1ss). Jésus est donc entré dans le cours du temps. Mais en entrant dans le temps, il ne perd pas sa nature de parole créatrice. Bien qu’ayant revêtu la nature humaine, il demeure la Parole par laquelle Dieu s’adresse aux hommes. En entrant dans le monde, il se fait plus proche des hommes. Bref, Dieu ne nous parle plus par un homme tout simplement mais plus encore par l’Homme-Dieu, Jésus Christ. C’est bien cette vérité que véhicule cet extrait de la lettre aux Hébreux. S’il est vrai que Dieu est le même hier, aujourd’hui et demain, il n’est pas moins vrai que ce qu’il a fait hier, il peut ne plus le refaire aujourd’hui ni demain.

Abbé Gervais Mariano AKAKPO

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici