Une présence discrète mais agissante

0
67

Vendredi saint
Is 52,13-53,12; Ps30; He 4,14-16;5,7-9; Jn18,1-19,42

Dans la narration de la passion du Christ, une figure apparaît toute particulière : Marie. Mère de Jésus, s’il s’agissait d’un scénario à jouer, on l’aurait vu se frapper la poitrine et crier au désarroi.

Le silence de Marie semble nous dire qu’elle comprenait tout. Mais l’évangéliste nous prévient qu’elle gardait tout et méditait dans son cœur.

Chers amis, le Vendredi saint est le jour où nous commémorons la passion et la mort du Christ dans toute sa profondeur. N’est-ce pas pour que nous imitions le silence méditatif de Marie sur l’amour incommensurable de Dieu pour nous pécheurs?

Observons-le suspendu à ce bois et faisons silence autour de nous et en nous. Nous verrons alors jusqu’où va son amour.

Abbé Jean-Claude AKPATA, de la paroisse sainte Lucie de Baguida.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici